Michel Lagacé.

À son incorporation le 8 novembre 1873, la ville de Winnipeg comptait 1 869 habitants. En 2021, après l’amalgamation en 1972 de 13 municipalités, villes et localités, 749 607 résidents y vivaient.

Par Michel LAGACÉ

Comment expliquer cette longue et remarquable croissance? Comment connaître les origines et la vie civique des villes et municipalités comme Saint-Boniface, Saint-Vital et Fort Garry qui sont disparues en 1972? Évidemment, la réponse se trouve dans les archives que toutes les composantes de l’actuelle ville ont accumulées au fil des années.

Mais voilà : pour raconter l’évolution de cette ville et de son rôle important au Manitoba et au Canada, ces archives irremplaçables sont essentielles. Et elles ont désespérément besoin d’installations adéquates.

La capacité des archives à apporter leur contribution unique à une administration civique efficace et transparente et au bien- être de la communauté a reçu un coup dur en 2013, lorsqu’une pluie torrentielle a déchiré le toit de la bibliothèque Carnegie qui les abritait alors qu’elle était en cours de rénovation. Cette tempête a forcé l’évacuation complète des dossiers et du personnel vers un endroit supposément temporaire mais inadéquat.

L’évaluation de cet entrepôt effectuée par la ville elle-même en 2016 relevait ses nombreuses limitations, y inclus son espace de bureau administratif et d’accès public limité, un emplacement difficile à trouver, et un stockage de qualité inférieure pour les documents d’archives. Les documents uniques qui remontent aux années 1870 sont très vulnérables aux incendies et aux dégâts des eaux. Et, sans contrôle de l’humidité et de la température, ils sont menacés de détérioration inévitable.

Pourtant, malgré de nombreuses pressions de la part de spécialistes inquiets, un rapport de consultants et une vaste consultation publique, la Ville n’a pas encore pris d’engagement financier pour assurer une installation appropriée pour les archives. La saga entourant l’état des archives de Winnipeg constitue un scandale dont le conseil de ville est entièrement responsable. Depuis cinquante ans, il néglige le riche patrimoine dont la ville a hérité et sa responsabilité de le conserver.

La première réunion du conseil de ville de Winnipeg a eu lieu le 19 janvier, 1874. Il ne pourrait y avoir de façon plus appropriée et durable de célébrer le 150e anniversaire de cet évènement qu’en assurant un lieu sûr et accessible pour nos archives. Dans la perspective de ce jalon historique, souhaitons que le conseil municipal qui sera élu le 26 octobre sera suffisamment motivé pour faire son devoir de portée historique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici