Dougald Lamont, chef du parti libéral du Manitoba. (photos : Archives La Liberté)

Les libéraux du Manitoba préparent un projet de loi d’initiative parlementaire visant à introduire des règles de collecte de fonds pour les candidats aux postes de conseillers scolaires – les seules personnes qui peuvent se présenter à une charge publique dans la province sans aucune surveillance des donateurs et des dépenses de campagne.

Par Maggie MACINTOSH

Initiative de journalisme local – Winnipeg Free Press 

« Nous avons absolument besoin d’une réforme du financement des campagnes, car (l’absence de règles) a ouvert la porte à des personnes qui ne sont même pas Manitobaines pour influencer notre processus démocratique », a déclaré le chef libéral Dougald Lamont au Free Press.

Contrairement aux candidats qui se présentent aux élections municipales, provinciales et fédérales, il n’y a pas de lois qui réglementent qui peut contribuer à la campagne d’un candidat à un conseil scolaire ou combien d’argent les individus peuvent accepter.

Pour figurer sur un bulletin de vote, les résidents qui se présentent à un poste de conseiller scolaire doivent soumettre une liste d’au moins 25 signatures d’électeurs admissibles du quartier dans lequel ils souhaitent être élus.

Selon le guide des candidats 2022 de la ville de Winnipeg, la conduite de la campagne d’un candidat est « à sa discrétion ».

Ces candidats n’ont pas besoin de nommer un agent officiel ou de déposer des états vérifiés avec des divulgations sur les contributions d’une valeur de 250 $ ou plus.

Étant donné que les candidats aux élections municipales paient généralement leur campagne de leur poche ou recueillent de petits dons auprès de leurs amis, de leur famille et de leurs voisins, l’absence de réglementation des campagnes électorales n’a guère attiré l’attention par le passé.

Cependant, le modèle de la mêlée générale a fait l’objet d’un examen minutieux cet automne, après qu’un certain nombre de campagnes bien organisées, avec des sites Web correspondants et des vidéos promotionnelles de haute qualité, aient révélé qu’un philanthrope de Toronto soutenait à titre privé les candidats de la division scolaire de Winnipeg.

Walter Schroeder a grandi dans le centre-ville de Winnipeg avant de déménager dans l’Est et de lancer la société de notation de crédit qui a fait sa fortune. Après que l’homme d’affaires a vendu Dominion Bond Rating Service pour un montant rapporté de 500 millions $ américains en 2014, lui et sa femme Maria se sont consacrés à la philanthropie.

La Fondation Schroeder estime qu’elle consacre chaque année plus de 3 millions de $ à des initiatives, notamment des bourses d’études et des subventions à la nutrition scolaire, dans le district le plus peuplé du Manitoba.

Le Free Press a appris que des représentants de la fondation Schroeder ont rencontré de nombreux candidats au poste de conseiller scolaire – aucun d’entre eux ne cherchant à se faire réélire – au cours de la période précédant l’élection du 26 octobre et ont offert à certains d’entre eux un soutien financier.

M. Schroeder n’a pas appuyé publiquement les candidats et n’a pas répondu directement aux demandes de commentaires sur son soutien.

Le porte-parole du NPD en matière d’éducation a déclaré que la situation qui s’est déroulée pendant la course aux conseils scolaires de l’automne a mis en évidence le besoin de « modernisation ».

« Pour moi, il n’est pas logique qu’ils ne suivent pas les mêmes règles que nous (les députés), comme le ferait un conseiller municipal… Nous ne pouvons pas accepter d’argent de l’extérieur de la province », a déclaré Nello Altomare (Transcona).

Le ministre de l’Éducation, Wayne Ewasko, a indiqué qu’il souhaitait avoir une discussion avec les intervenants de la maternelle à la 12e année, y compris la Manitoba School Boards Association, à ce sujet.

« Notre gouvernement est du côté de la transparence », a ajouté le ministre.

Au cours des derniers mois, l’association qui représente les 37 conseils scolaires du Manitoba a exprimé son hésitation à l’idée que la mise en œuvre des règles pourrait nuire à l’accessibilité de la candidature à un poste de conseiller scolaire.

Le président de l’association, Alan Campbell, a toutefois déclaré dans un communiqué que l’organisme de défense soutiendrait les changements qui renforcent la capacité des citoyens de la base à servir en tant que conseillers scolaires et qui soutiennent la confiance du public dans les voix élues.

M. Campbell a fait remarquer que les modèles existants tendent à promouvoir la transparence post-électorale en publiant les identités et les sommes des donateurs de la campagne après la fin de la course. L’association est en faveur d’un rapport en temps réel, a-t-il dit.

« Nous préconisons donc que la déclaration des contributions à la campagne fasse partie du dossier de chaque candidat pendant la période de campagne elle-même, et nous préconisons également que si des limites sont envisagées, elles ne soient pas si onéreuses ou désavantageuses qu’elles empêchent un candidat de se présenter aux élections. »

Le porte-parole de l’association a exhorté les législateurs à étudier la pratique de la Saskatchewan consistant à autoriser les commissions scolaires individuelles à établir leurs propres cadres de responsabilité en matière de financement des campagnes.

Colin Roy, directeur des communications des Libéraux du Manitoba, a confirmé que le caucus du parti a déjà entrepris des consultations et prévoit rédiger un projet de loi qui sera présenté « sous peu ».

M. Lamont a déclaré qu’il y a plus qu’assez de temps pour apporter un changement avant les prochaines élections des conseils scolaires du Manitoba qui auront lieu en 2026.

(texte traduit de l’anglais)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici