La Liberté du 11 avril 2012

La presse écrite en général au Canada mange son pain noir. La situation est d’autant plus critique pour les journaux dans les municipalités rurales qui fonctionnent avec des budgets annuels de 5 000 $. La rédactrice en chef du journal de Saint-Anne, Diane Connelly tire la sonnette d’alarme.

Lire l’article complet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici