L’assemblée générale annuelle du comité culturel de Sainte-Anne a été l’occasion entre autres de discuter avec la communauté de l’avenir du journal bilingue locale.

La Liberté | Communautaire
Le Kes Kis Passe, ici lu par Diane Connelly, a fait l’objet d’une discussion lors de l’AGA du comité culturel de Sainte-Anne.

Le comité culturel de Sainte-Anne a tenu le 8 mai dernier son assemblée générale annuelle (AGA). L’avenir du journal local bilingue, le Kes Kis Passe, a longtemps été discuté parmi les quelque 50 personnes présentes, mais aucune décision n’a été prise.

« Le comité culturel a demandé aux gens des idées pour réussir à boucler notre budget, raconte la directrice du comité culturel de Sainte-Anne, Nicole Connelly. Plusieurs idées sont ressorties, notamment de créer un comité spécifique dans la communauté pour la gestion du Kes Kis Passe, en dehors du comité culturel, ou encore de réduire le nombre de journaux à un tous les deux mois au lieu d’un par mois. Mais il faudrait alors vérifier si les commanditaires sont toujours prêts à payer autant pour leurs publicités. »

Si les participants à l’AGA ont laissé entendre qu’ils ne voulaient pas que la parution du Kes Kis Passe s’arrête, Nicole Connelly déplore cependant qu’aucune décision n’ait été prise et que personne ne se soit porté volontaire pour siéger sur le nouveau comité du journal.

Le comité culturel s’est quant à lui engagé à assurer les activités et le financement du Kes Kis Passe pour un an encore, « car on ne veut pas lâcher tout de suite, sans avoir prévenu, explique la directrice. Mais si en juin 2013, aucune solution n’a été trouvée, on arrêtera le Kes Kis Passe. C’est notre date limite ».

Par ailleurs, le comité culturel de Sainte-Anne a dressé un bilan positif de son année. « On avait plusieurs nouveautés pour les enfants et ça a été une réussite, se réjouit Nicole Connelly. On a lancé des cours de guitare et de claquettes, ainsi qu’un club de la terre où les jeunes discutent de l’environnement et de la nature et font toutes sortes d’activités. »

L’année 2011-2012 était aussi celle du 40e anniversaire du comité culturel, qui fut également un succès. « C’était un défi de temps et d’énergie et on était limités par notre budget, mais au lieu des quelque 80 participants habituels à nos activités, on en a eus quatre fois plus!, signale la directrice du comité culturel.

« Le seule regret, ajoute-t-elle, c’est qu’on a appris après l’évènement qu’on avait obtenu un octroi. Si on l’avait su avant, on aurait pu organiser les choses en plus grand. » Cet octroi a néanmoins permis au comité culturel de Sainte-Anne de terminer son année sans pertes financières.

Enfin, le comité culturel a accueilli lors de l’AGA trois nouveaux membres dans son conseil d’administration, Jaqueline Sarrasin, Gérald Huberdeau et Ginette Connelly. Mélanie Huberdeau et Jonas Desrosiers quittent quant à eux le conseil d’administration. Le bureau exécutif sera élu en juin prochain.

 

Par Camille Séguy | Journaliste à La Liberté

Lire aussi :

  • Le défi financier – Le journal communautaire en français de Sainte-Anne, Kes Kis Passe, doit se remettre en question après avoir perdu son plus gros donateur. Le volet financier n’est qu’un défi parmi plusieurs pour les journaux locaux.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici