Le nouvel institut de coiffure et de beauté Aveda a ouvert ses portes dans le quartier de la Bourse le 14 mai dernier. La Franco-Manitobaine Danielle Giasson y est une élève.

La Liberté (presse franco-manitobaine)
Raheela Gangji se fait coiffer par Danielle Giasson.

Quand la Franco-Manitobaine Danielle Giasson a commencé une formation de coiffure à la Capelli Academy au centre-ville de Winnipeg, dans le quartier de la Bourse, à l’automne 2012, elle ne s’attendait pas à changer d’école sans changer de lieu.

En effet, son école vient d’être rachetée par le groupe Aveda, qui détient sept instituts au Canada et 58 à l’étranger. L’ouverture officielle de la branche winnipégoise a eu lieu le 14 mai dernier.

« Aveda voulait venir à Winnipeg car le marché y est bon, explique la directrice adjointe de l’Institut Aveda à Winnipeg, Raheela Gangji. Il y a de la demande pour nos services, or on n’avait encore aucune école au Manitoba. »

La formation de base en coiffure à l’Institut Aveda dure neuf mois, puis les élèves doivent passer un examen d’admission à l’Académie, qui leur assure une formation avancée de six mois. Danielle Giasson est pour sa part une étudiante sénior de l’Institut.

« Nous sommes 15 étudiants à l’Institut en ce moment, et la capacité totale est de 44, indique-t-elle. Mais pour l’Académie, la capacité n’est que de 12. L’entrée est très sélective. » L’Académie Aveda n’ouvrira pas avant janvier 2013.

Opportunités

Pour Danielle Giasson, le changement de propriétaire de son école n’a pas été source de stress, mais plutôt de satisfaction. « C’était excitant de changer car ça me donne accès à deux formations, avec des styles différents, affirme-t-elle. C’est plus intéressant et ça me permettra d’aller plus loin dans ma carrière professionnelle.

« De plus, poursuit-elle, il est possible de devenir professeur chez Aveda quand on a suivi la formation chez eux. Je préfère être coiffeuse, surtout en début de carrière, mais c’est tout de même une opportunité intéressante. Aveda est un gros réseau et les opportunités de progression au sein du groupe sont énormes. »

La réputation de l’école constitue aussi un gage d’opportunités non négligeable.

« Comme le groupe Aveda est très connu, beaucoup de salons sont susceptibles de venir nous chercher après notre formation, se réjouit Danielle Giasson. Le taux de placement professionnel à la sortie des écoles Aveda est de 95 %. »

De même, « de plus en plus de gens viennent maintenant se faire coiffer à l’Institut car ils aiment la marque Aveda, constate l’étudiante sénior. En tant qu’étudiants, nous pouvons commencer à coiffer de vraies têtes, avec un instructeur, après neuf semaines de formation. Donc plus on a de clients sur lesquels on peut pratiquer, mieux c’est pour notre avenir car on sera plus en confiance quand on travaillera plus tard dans un salon ».

Institut vert

Danielle Giasson confie également se plaire à étudier au sein d’un groupe respectueux de l’environnement.

« L’une des choses que je préfère au sujet d’Aveda est qu’ils ont l’environnement à cœur, assure-t-elle. C’est important car cette industrie est en général assez gaspilleuse, avec toute l’eau et les produits utilisés. »

Aveda se distingue en effet par ses produits organiques, faits d’ingrédients naturels certifiés, et ses emballages écologiques. « C’est meilleur pour le corps et ça fonctionne, conclut l’étudiante sénior. Et chaque ingrédient de chaque produit vendu est retraçable. »

Danielle Giasson  apprend aussi les rudiments du maquillage, ainsi que le soin de la peau et des ongles dans le cadre de sa formation. Les centres Aveda offrent en effet des massages et traitements divers en plus des services de coiffure, tous organiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici