Les partenariats entre le Manitoba et la Chine se multiplient. La récente mission commerciale du premier ministre Greg Selinger en Chine le confirme.

 

LA LIBERTÉ
Le premier ministre Greg Selinger au cimetière militaire Sai Wan.

 

La Chine est devenue le deuxième partenaire commercial le plus important de la province du Manitoba, après les États-Unis.

Les ententes entre la Province et l’Empire du milieu se multipliant de plus en plus, il est important pour le premier ministre du Manitoba Greg Selinger d’entretenir une relation continue avec son partenaire asiatique, et d’assurer le suivi des accords conclus entre les entrepreneurs et les institutions des deux continents.

C’est pourquoi il était en mission commerciale en Chine du 10 au 20 septembre dernier. « La société chinoise est énorme et complexe, exprime-t-il. Le pays est en pleine évolution. Il connaît une croissance de 8 à 12 % alors que nous sommes en période de récession. Il est nécessaire d’établir des réseaux avec les pays en développement économique. »

Une délégation de poids

Le premier ministre était accompagné du lieutenant gouverneur Philip Lee lors de la mission commercial en Chine. « Sa présence était un gros atout étant donné qu’il maîtrise la langue chinoise et qu’il connaît beaucoup de monde en Chine, spécialement à Hong Kong », indique Greg Selinger.

Ils étaient accompagnés des premiers ministres de huit provinces et territoires canadiens et d’une délégation de 110 dirigeants d’entreprises. « Notre pays a beaucoup d’opportunités de contact avec le gouvernement chinois, continue le premier ministre. Autant ce dernier était très centralisé dans le passé, autant il encourage à présent ses citoyens à s’engager avec les étrangers. Ce qui est bénéfique pour nous. »

De Tianjin à Hong Kong

Durant dix jours, la délégation a parcouru cinq villes chinoises. Dans chacune d’entre elles, le groupe en présence a eu l’opportunité d’entrer en contact avec de nombreux acteurs des secteurs du transport, de la recherche, de l’éducation et de l’immigration.

Greg Selinger retient surtout du voyage l’accord de jumelage signé avec la province d’Anhui, destiné à amplifier les échanges entre celle-ci et le Manitoba. « Anhui compte 68 millions de personnes, c’est une province très grande qui offre beaucoup de possibilités ».

Il garde aussi en mémoire l’intérêt de la Chine pour les nouvelles technologies et les moyens mis en œuvre pour assurer la sécurité alimentaire. « Nous avons établi en 2010 des partenariats entre des universités chinoises et manitobaines, explique-t-il. Nous sommes allés visiter une installation de Nanjing qui résulte de ceux-ci et qui a permis d’améliorer le stockage des aliments en Chine. »

Sans parler du partenariat établi entre CentrePort Canada et SinoTrans Eastern Company, la plus grande entreprise chinoise de transport et de logistique. « Combiné à la technologie RFID (radio frequency identification), le traçage des aliments sera complet, depuis la source jusqu’à l’assiette du consommateur », assure Greg Selinger.

Des échanges culturels

Enfin, de nouveaux parte­nariats ont été signés avec des universités, afin d’encourager les programmes d’échanges étudiants. C’est le cas d’accords finalisés entre le collège Red River et des universités de Shangai et de Xi-an, par exemple.

Quant au secteur du tourisme, il promet aussi de belles perspectives. « La classe moyenne se développe très vite en Chine, indique Greg Selinger. On estime aujourd’hui que 100 millions de Chinois ont la capacité de voyager. Si seulement la moitié d’entre eux choisissaient de venir au Manitoba, cela engendrerait de grosses ressources pour notre Province. »

 

Par Angelika Zapszalka

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici