Daniel DeGagné
Daniel DeGagné. Photo : Chloé Le Mao

Le 6 septembre prochain, tenez-vous prêt à sortir vos casques, et à grimper sur vos vélos : Pédale 2013 fait la promesse de vous donner et redonner goût aux deux roues.
Un projet estudiantin à la fois communautaire et ambitieux.

 

Entre le Canada et les vélos, c’est une longue histoire d’amour. Les circuits d’été n’en finissent plus de se multiplier, tandis que des projets de grande envergure ont vu le jour au cours des dernières années. À Winnipeg pourtant, les deux-roues comme les pistes cyclables peinent à s’imposer dans le paysage.

| Va y’avoir du sport

Cette année, un nouvel effort est fait pour populariser la pratique du vélo dans une ville où le relief, ou devrait-on dire l’absence de relief, crée un cadre particulièrement propice à une telle activité. Le mois de septembre démarrera en effet sur les chapeaux de roues sous l’élan de Pédale 2013, un projet organisé pour la seconde fois par le Conseil jeunesse provincial et l’Association étudiante de l’Université de Saint-Boniface. Le 6 septembre, de 15 h à 22 h, trois activités seront ainsi proposées aux participants sur le campus universitaire de Saint-Boniface : Une chasse aux trésors à vélo, un atelier de réparation et de construction de vélo encadré par les techniciens du Winnipeg Repair Education and Cycling Hub, ainsi qu’un Vélo Polo sur le terrain du Centre récréatif de Notre-Dame. « L’an passé, explique le coordonnateur de l’évènement Daniel DeGagné, Pédale 2012 a réuni 40 personnes. Cette année nous espérons faire venir plus de 150 membres de la communauté, étudiants ou non. »

Créer des coopératives de cyclisme universitaire,
c’est notre grand défi.

« De la communauté », c’est justement là que réside l’intérêt de cet événement gratuit et ouvert à tous, qui tend à donner un nouveau coup de pédale à la communauté de Saint-Boniface. S’il s’agit tout d’abord de permettre aux résidants de découvrir les trésors cachés du quartier, penchés sur un guidon, le projet Pédale voit beaucoup plus loin. « Il nous reste encore une étape à franchir avec ce projet, confie Daniel DeGagné. Nous voulons qu’il prenne forme durablement sur le campus universitaire. Créer des coopératives de cyclisme universitaire, c’est notre grand défi. »

En effet si le projet Pédale prend aujourd’hui la forme d’une journée ludique, il n’a en rien vocation à demeurer ponctuel. L’enjeu est donc ailleurs. Il s’agit de passer d’un évènement annuel minimaliste, à un service de long-terme proposé aux étudiants de l’Université de Saint-Boniface afin de renforcer l’unité de la communauté.  « L’objectif principal du projet Pédale, explique Daniel DeGagné, est de desservir durablement les jeunes entre 18 et 25 ans, de les impliquer dans une activité commune afin qu’ils soient davantage solidaires. » Un réel exercice, donc, de conscientisation étudiante.

« D’un point de vue économique, ajoute-t-il, c’est un projet très intéressant. Cela va en effet encourager les gens à acheter et à produire à un niveau local. À vélo, on va davantage chercher au plus près, on se renseigne plus sur ce que propose la communauté avant de se déplacer. Cela permettrait de la rendre plus forte et plus riche. »

Le chaînon manquant à cette dynamique ambitieuse : l’argent. Comme pour de nombreux projets qui peinent à se concrétiser totalement, c’est le financement qui se fait attendre. Le rendez-vous de ce 6 septembre est ainsi une belle occasion de faire valoir la pratique du vélo auprès de la communauté, en croisant discrètement les doigts pour convaincre les amateurs de cyclisme convertis de mettre la main à la poche.

Par Chloé LE MAO

 

Liens utiles :

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici