Va-t-on vers la création des classes de prématernelle dans les écoles de la Division scolaire franco-manitobaine? Pour l’instant c’est un projet pilote qui va débuter dès le mois de janvier 2014.

 

Bernard Lesage.
Le président de la Commission scolaire franco-manitobaine, Bernard Lesage.

À compter du 20 janvier prochain, les portes d’une première prématernelle s’ouvriront à temps plein à la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM). Quinze enfants pourront faire leur première rentrée scolaire. Ce projet concerne les enfants âgés de 4 ans.

Le programme de prématernelle à temps plein à la DSFM est un projet pilote qui se fera en partenariat avec la garderie Les Boutons d’or, située à l’École/Collège Gabrielle-Roy.

Du lundi au vendredi, les salles de classe ouvriront leurs portes aux heures normales de cours à ces jeunes qui apprendront progressivement à aimer l’école. « C’est un programme qui est adapté à leur niveau et conçu à juste mesure, précise le président de la Commission scolaire franco-manitobaine, Bernard Lesage.

On cherche à faire le lien entre le préscolaire et le scolaire.
C’est un programme qui va les aider à plusieurs niveaux.

« Mais ils iront à l’école comme tous les autres élèves », renchérit Bernard Lesage. Avec ce programme, la DSFM espère voir d’ici quelques années les enfants mieux préparés pour débuter leur cursus scolaire. « On cherche à faire le lien entre le préscolaire et le scolaire. C’est un programme qui va les aider à plusieurs niveaux », explique Bernard Lesage.

Le programme permettra de répondre aussi bien aux besoins des enfants que des parents. « Dans notre nouveau plan stratégique, nous mettons beaucoup d’emphase sur l’éducation de la petite enfance, ajoute-t-il. Comment faire pour que les enfants soient épanouis et qu’ils aient une bonne éducation, c’est ça notre priorité. »

Ceci est d’autant plus important pour la DSFM que plusieurs études montrent que les cinq premières années de la vie d’un enfant ont un gros impact sur son développement et son bien-être. Avec ce programme, la DSFM voudrait contribuer à leur bien-être futur à l’école. « Le programme de prématernelle à temps plein a déjà fait ses preuves ailleurs », souligne Bernard Lesage.

En effet, plusieurs provinces et même certaines divisions scolaires du Manitoba ont déjà fait l’expérience d’un programme pareil. Jusque-là à la DSFM, des classes existaient à temps partiel dans certaines écoles. Dès janvier, ce sera le début d’une nouvelle ère. « Le but à long terme est d’offrir le programme dans toutes nos communautés francophones car le besoin est partout », explique-t-il.

Mais pour l’heure, c’est une partie de la communauté d’Île-des-Chênes qui pourra envoyer leurs enfants à la prématernelle. Une expérience qui permettra d’étudier les besoins réel de ce programme. « Il y a de nombreux défis au niveau du transport, de l’espace dans les écoles qu’il faut évaluer à l’heure du bilan », affirme Bernard Lesage.

Mais déjà, la DSFM envisage de créer des partenariats avec d’autres garderies si le projet devait s’étendre à d’autres écoles. Une évaluation sera faite à mi-parcours et à la fin de la première année le 27 juin 2014. Mais le président de la Commission scolaire franco-manitobaine, Bernard Lesage est très optimiste. « Il y a de fortes chances que le programme continue dans d’autres écoles », conclut-il.
par Wilgis AGOSSA

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici