Le joueur de hochey manitobain, Nigel Dawes, évolue avec succès dans la Ligue continentale de hockey.

Nigel Dawes.
Nigel Dawes.

Nigel Dawes s’est exilé au Kazakhstan à l’été 2011 pour y jouer au sein de la Ligue continentale de hockey (KHL). Le natif de Winnipeg ne regrette toujours pas d’avoir rejoint le Barys d’Astana.

« C’est vraiment génial! Un club bien organisé. Une belle ville. Nous avons un bon collectif au sein de l’équipe. Tout cela m’a permis de bien m’adapter », explique l’ailier droit manitobain.

Nigel Dawes a de bonnes raisons de se plaire dans la KHL. Son équipe remporte des matchs et ses statistiques individuelles lui font honneur. Après 15 joutes cette saison, l’ancien choix de cinquième ronde des Rangers de New York a déjà compté cinq buts et il a amassé huit aides pour produire 13 points.

Les succès du Winnipégois dans la KHL contrastent avec les résultats mitigés qu’il a obtenus dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Le principal intéressé n’y voit pas une preuve de la faiblesse du circuit eurasien. « J’ai eu la chance d’avoir beaucoup de temps de glace ici, dit-il. Je suis aussi plus expérimenté et j’ai une meilleure compréhension du jeu. »

Nigel Dawes admet toutefois que certains aspects du hockey européen lui donnent un coup de pouce. « Le jeu est différent, ici, affirme-t-il. Ça vient du fait que la surface de jeu est plus grande qu’en Amérique du Nord. Il y a plusieurs facteurs me permettant d’avoir du succès ici, mais le principal demeure que j’ai l’opportunité de jouer beaucoup plus souvent. »

L’ancien des Rangers de New York et du Club de hockey canadien considère qu’on ne lui a pas donné l’opportunité de faire ses preuves en Amérique du Nord. « Lorsque j’étais dans la LNH, je ne jouais pas beaucoup, déplore-t-il. Je jouais souvent en fin de match et rarement sur les unités offensives comme je le fais en ce moment. »

L’idée de retourner dans la Ligue nationale n’occupe pas l’esprit du Winnipégois. « Cette possibilité est loin de mes préoccupations. J’ai signé un nouveau contrat cet été, se réjouit-il. Je n’ai pas à me casser la tête avec les histoires contractuelles avant longtemps. Je me concentre sur ce que je vis ici. Nous avons beaucoup de travail à faire. Je joue au sein d’une bonne équipe. Nous voulons avoir du succès lors des prochaines séries éliminatoires. »

Le bon début de saison du Barys d’Astana ne peut que nourrir les espoirs de Nigel Dawes. Le club kazakh occupe le deuxième rang de sa conférence. Ses 13 victoires en 16 joutes en font indéniablement un prétendant à la coupe Gagarine.

Par Alexandre POULIOT-ROBERGE , une collaboration spéciale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici