De nombreuses améliorations au parc Provencher, préconisées par le public, pourraient voir le jour en 2014. L’obtention de quelque 500 000 $ requis est un défi auquel devront toutefois faire face les politiciens.

Daniel Vandal et Susan Russell.
Daniel Vandal et Susan Russell.

Une esplanade accueillant un marché de producteurs, un sentier relatant l’histoire de la lutte pour les droits linguistiques des francophones, un plus grand terrain de jeu et plus de jeux d’aspersion pour les enfants, sans parler de toilettes publiques et d’un stationnement agrandi. Tout cela pourrait voir le jour au parc Provencher et ce, dès 2014, si la Ville de Winnipeg consent à verser 500 000 $ pour leur réalisation, et ce en plus du 400 000 $ déjà mis de côté par le conseiller municipal de Saint-Boniface, Daniel Vandal. C’est, du moins, ce qui découle d’une consultation publique, tenue à Saint-Boniface le 27 novembre dernier.

L’aboutissement de plusieurs rencontres avec les résidants de Saint-Boniface, qui ont débuté en mai, la consultation a permis au public de se faire une idée plus claire sur ce à quoi ressemblerait le parc une fois les améliorations proposées terminées.

« Mon objectif a été de présenter une vue d’ensemble au public, en me servant des idées déjà recueillies, explique l’architecte paysagiste à la firme de consultants McGowan Russell, Susan Russell. Nous tenons compte des commentaires et réactions lors de cette consultation, et nous déposerons notre rapport à la Ville avant Noël. »

Les réactions du public et des parties prenantes se sont avérées positives.

« Je suis fort encouragé, déclare le concepteur du sentier Riel-Forest, Marcien Ferland. En termes de popularité, le sentier figure au 3e rang parmi les améliorations proposées pour le parc. Alors j’ai bon espoir que le sentier voie le jour, et servira à évoquer l’histoire de la lutte des francophones pour leurs droits. »

Le directeur d’Entreprises Riel, Normand Gousseau, se dit également satisfait du travail des consultants. « La présentation de McGowan Russell reflète bien les réflexions des résidants, mentionne-t-il. Et elle maintient un bon équilibre entre les grandes réalisations, comme l’esplanade et le sentier, et les éléments de moins grande envergure, comme des toilettes publiques, qui sont toutefois essentielles.

« En fait, j’estime que les améliorations proposées serviront à faire du parc Provencher un endroit central de la communauté, où les gens se sentent à l’aise et veulent y passer plus de temps, poursuit-il. À présent, c’est presqu’un terrain vide. »

« La réfection du parc rendra encore plus alléchant le quartier pour les touristes venant de La Fourche, indique Susan Russell. Déjà, ces gens visitent la promenade Taché, et le boulevard Provencher jusqu’à la rue Aulneau. Un marché de producteurs et des divertissements pour les enfants attireront les familles. Et le sentier Riel-Forest fera écho à ce qu’auront vu les touristes qui ont visité le Musée canadien des droits de la personne. »

| 900 000 $ pour toutes les améliorations

Une fois le rapport de la firme McGowan Russell déposé auprès du comité de la Planification et du Développement des Propriétés de la Ville, le dossier passera dans les mains des politiciens.

« À présent, nous avons déjà 400 000 $ en main, que j’ai réussi à glaner pour l’aménagement du parc, indique Daniel Vandal. Et puisqu’il faudrait environ 900 000 $ pour réaliser toutes les améliorations au parc, il est évident qu’il faudra obtenir d’autre financement. Je crois qu’il est possible d’obtenir les fonds requis. Si c’est le cas, toutes les réfections proposées pourraient commencer dès le printemps prochain.

« Sinon, il faudra établir nos priorités, poursuit-il. Ce sera difficile, puisque les idées présentées sont excellentes. Quant à moi, j’aimerais d’abord améliorer la vie pour nos jeunes familles, et j’aime beaucoup l’esplanade. »

Daniel BAHUAUD

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici