Un Bonifacien connu pour son engagement commu­nautaire, Mathieu Allard veut être le prochain conseiller de Saint-Boniface. Ses priorités : le développement résidentiel et la sécurité dans les zones industrielles du quartier.

Mathieu Allard.
Mathieu Allard.

Propriétaire de la firme de consultants Au Courant, directeur général de la Chambre de commerce de Saint-Boniface, et président de l’Association des résidants du Vieux Saint-Boniface, Mathieu Allard a déclaré, le 22 janvier, son intention de se faire candidat pour le poste de conseiller municipal de Saint-Boniface, lors des prochaines élections municipales, qui auront lieu à Winnipeg le 22 octobre prochain.

« J’aime Saint-Boniface, lance le Franco-Manitobain âgé de 32 ans. Je travaille ici, et ma famille y habite. Être conseiller serait une façon de desservir davantage ma communauté, et d’utiliser au maximum mes compétences et mon expérience, surtout en service communautaire. »

| « Ma candidature est non partisane »

On se rappellera que Mathieu Allard est également vice-président de l’association Habitat chez-soi, le comité francophone d’Habitat Winnipeg. En outre, le bonifacien siège sur le comité permanent pour la prévention du crime à Saint-Boniface. Le Franco-Manitobain a par ailleurs évolué dans les couloirs politiques, ayant été adjoint du conseiller municipal de Saint-Boniface, Daniel Vandal, ainsi que du premier ministre du Manitoba, Greg Selinger. En 2004 et 2006, il a aussi été candidat néodémocrate fédéral de Saint-Boniface.

« Ma candidature est non partisane, souligne-t-il. Je veux travailler avec tous les conseillers de toute trempe politique pour faire avancer la cause de Saint-Boniface à Winnipeg. »

Quant aux dossiers qu’il estime importants pour les résidants du quartier, Mathieu Allard mentionne la sécurité dans les zones industrielles. « Suite à plusieurs déraillements, et surtout après le désastre ferroviaire du lac Mégantic, au Québec, les résidants se demandent de plus en plus ce que contiennent les trains qui passent près de leurs maisons, mentionne-t-il. Et après l’explosion de méthanol, en 2012, sur le site de l’entreprise Speedway International, à Saint-Boniface, on se pose plus de questions sur l’impact de l’industrie lourde lorsqu’elle est située à proximité de nos quartiers résidentiels.

« Les résidants se posent également des questions sur les problèmes d’imputabilité à la Ville de Winnipeg, poursuit-il. Il y a des questions sérieuses à poser sur les dépenses approuvées pour la nouvelle station de police et deux casernes de pompiers. »

En outre, Mathieu Allard préconise un développement « plus soutenu » de la pointe Hébert, ainsi que plus de développement résidentiel à Saint-Boniface.

« Mon programme politique est cependant en développement, précise-t-il. En fait, je compte le développer avec le concours des résidants, en les invitant à converser avec moi, soit sur mon blogue, ou encore sur Twitter (#stboniface), ou tout simplement en me lâchant un coup de fil (204-396-4636). »

Daniel BAHUAUD

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici