Défenseur habile des Steelers de Selkirk, Joël Messner a obtenu une bourse qui lui permettra d’obtenir un diplôme en affaires, tout en jouant pour la célèbre équipe de hockey des Mavericks d’Omaha, au Nebraska.

Joël Messner : « J’aime m’emparer de la rondelle pour la sortir de notre zone et la passer vers l’avant. »
Joël Messner : « J’aime m’emparer de la rondelle pour la sortir de notre zone et la passer vers l’avant. »

Capitaine de l’équipe de hockey des Steelers de Selkirk, Joël Messner a connu une année de rêve au sein de la Ligue de hockey junior du Manitoba (LHJM). En 54 parties, le défenseur a compté neuf buts et 43 passes – une performance qui lui a permis de cumuler 53 points. De plus, il a été nommé meilleur défenseur de la saison et membre de l’équipe toutes-étoiles de la LHJM. Et, en mars, le Franco-Manitobain de Lorette a appris qu’il avait obtenu une bourse pour étudier à l’Université du Nebraska à Omaha, et se joindre à son équipe de hockey, les Mavericks.

« C’est absolument incroyable, lance l’athlète âgé de 19 ans. Des scouts de la National Collegiate Athletic Association m’ont vu jouer, et me voilà en route vers Omaha! Je serai logé et mes études seront payées. Tous les hockeyeurs rêvent d’une pareille opportunité.

« Quant aux Mavericks, c’est une occasion toute aussi inespérée, poursuit-il. L’entraîneur, Dean Blais, est une légende du hockey universitaire américain. Il a conduit l’équipe de l’Université du Dakota du Nord à la victoire lors de deux championnats américains, et lors de la série mondiale de niveau junior. Jonathan Toews a joué pour lui. Ça en dit beaucoup. »

En fait, au fil des années, dix joueurs des Mavericks ont été repêchés par la Ligue nationale de hockey (LNH). « Qu’on ait quatre ans, ou encore même 30 ans, l’idée de jouer pour la LNH est alléchante, confie Joël Messner. Mais je ne veux pas compter là-dessus, ou regarder trop loin. Je préfère concentrer mes efforts sur le moment présent, et sur mon jeu, pour l’améliorer, une partie à la fois. »

Joël Messner a commencé à patiner à l’âge de trois ans. L’année suivante, il jouait déjà pour les Comets de Lorette. « J’adore le hockey, et surtout être à la défense, explique-t-il. C’est une de mes grandes forces. J’aime aider le gardien de but, et aussi de m’emparer de la rondelle pour la sortir de notre zone et la passer vers l’avant. »

Ce n’est pas seulement sur la patinoire que Joël Messner regarde vers l’avant. Le finissant du collège régional Gabrielle-Roy compte obtenir un diplôme en affaires à l’Université du Nebraska à Omaha. « Au bout de quatre ans, si je ne fais pas partie d’une équipe de la LNH, j’aurai obtenu une excellente formation académique dans un domaine pratique. On ne sait jamais ce qui peut se produire quand on est athlète. Une blessure peut mettre fin à une ambition de devenir professionnel. Muni d’un diplôme, je me prémunis à l’avance contre le pire des scénarios. Entre-temps, je pratiquerai fort sur la glace, j’étudierai fort dans la salle de classe, et j’apprécierai Omaha, une ville tranquille qui affiche fièrement ses racines rurales. Je crois que je m’y ferai à merveille là-bas. »

Daniel BAHUAUD

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici