Photo 01•6 janvier 2016

 

Les enfants de 1916

entre mars 1916 et juin 1970, les élèves qui étudiaient en français étaient hors la loi. car le gouvernement provincial du grand réformateur t. c. norris avait décidé qu’il fallait bâtir une société cimentée par la seule langue anglaise. ce qui condamnait le français à la mort lente.

une société pourtant qui voulait accorder une voix politique aux femmes, puisque c’est ce même gouvernement libéral qui le 27 janvier 1916 a été le premier gouvernement au canada à donner le droit de votes aux femmes.

en 2014, pour faire comprendre les restrictions qu’il avait vécues dans les années 1940, l’ex-enseignant normand boisvert (sur la photo à gauche) avait permis à des jeunes, comme stéphanie parvais-dion (à droite sur la photo) de revivre l’époque de l’illégalité du français. | Pages 12-13.

POUR LE MEILLEUR, MAIS AUSSI POUR LE PIRE

La Liberté du 06 janvier 2016

Pour voir l’ensemble du journal, abonnez-vous à LA LIBERTÉ (lisez plus…)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici