Louise Dandeneau : « Heureusement que mes nouvelles se déroulent à une autre époque. Je n’aurais pas pu supporter écrire du commérage en ligne, ou par médias sociaux. Ça aurait été trop cruel. Trop dur à prendre. »
Louise Dandeneau : « Heureusement que mes nouvelles se déroulent à une autre époque. Je n’aurais pas pu
supporter écrire du commérage en ligne, ou par médias sociaux. Ça aurait été trop cruel. Trop dur à prendre. »

Dans Les quatre commères de la rue des Ormes, Louise Dandeneau a voulu brosser le portrait moral de Berthe, Gertrude, Lucille et Mathilde, quatre dames qui parlent beaucoup des autres. Et donc au fond surtout d’ellesmêmes.

Daniel BAHUAUD

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici