Les Winnipeg Singers ont présenté un programme de musique sublime sous le thème Terre, mer et ciel, la musique des éléments, dans le cadre des concerts GroundSwell, le 10 avril 2016 à l’église Crescent Fort United de Winnipeg.

Crédit photo: Winnipeg Singers.
Crédit photo: Winnipeg Singers.

Le chœur de chambre The Winnipeg Singers est reconnu comme l’un des meilleurs du Canada. Dirigé par Yuri Klaz depuis maintenant dix ans, il maintient constamment un très haut niveau d’excellence dans l’interprétation des plus belles œuvres du vaste répertoire de musique chorale de toutes les époques.

Le concert du 10 avril 2016 n’a pas fait exception à cette longue tradition d’excellence. Sous le thème des éléments de la terre, de la mer et du ciel, le programme comprenait six pièces de compositeurs contemporains : Earth Prayers, avec flûte et percussions, de la winnipegoise Holly Harris; Water Light, de l’américain Eric Whitacre; Northern Lights, du norvégien Ola Gjeilo; Ice, du canadien Bruce Sled; From the Earth Chants (Along the Flower Trails), une suite de six chants de différentes nations aborigènes, du letton Imant Ramish; Of Heart and Tide. The living Sea, une suite en cinq mouvements avec piano, flûte et percussions, du winnipegois Sid Robinovitch, présentée en première manitobaine.

Ces œuvres sont fortement influencées par le style polyphonique de la Renaissance, avec la superposition de voix multiples sur plusieurs octaves, attachant plus d’importance à la couleur expressive du son qu’à la mélodie. Dans les grandes cathédrales médiévales, aux voûtes surélevées à forte réverbération, on avait l’impression d’entendre le chant des anges dans le ciel. Même si l’église Crescent Fort Rouge n’a pas les qualités acoustiques d’une cathédrale, le son s’y propage très bien, permettant aux voix de chanter avec une superbe musicalité. La qualité du son et de l’interprétation des Winnipeg Singers fut un sublime enchantement.

Les belles nuances empreintes de spiritualité de Earth Prayers nous ont rapidement mis dans l’atmosphère de ce concert. Les choristes sont ensuite montés au jubé pour chanter Water Night et Northern Lights, une musique céleste empreinte de poésie, aux couleurs d’une nuit boréale. Les femmes sont revenues dans le sanctuaire pour interpréter Ice, une pièce sans paroles. Elle évoque les vibrations sonores que l’on peut entendre dans un paysage de glace par les voix des femmes, et le souffle du vent qui balaye ce paysage par le chuchotement des voix des hommes demeurés au jubé.

Le chœur a dû puiser dans toutes ses ressources pour chanter, a capella, la suite From the Earth Chants. C’est une œuvre très moderne, qui pousse les voix au plus haut du registre chez les sopranos et les ténors, au plus grave chez les altos et les basses, truffée d’accords dissonants, avec de longues lignes exigeant un contrôle parfait du souffle. C’est dans cette pièce que les voix ont été les plus belles, en particulier celles des sopranos dans les aigus. Le jeune Anton Dahl-Sokalski, le fils de Tracy Dahl, a très bien chanté le solo du quatrième mouvement, Pleasant it looked. L’enchantement s’est poursuivi dans une magnifique interprétation de la suite de Sid Robinovitch, en fin concert.

La réputée compositrice et artiste Diana McIntosh, programmatrice des concerts GroundSwell, a invité le jeune compositeur manitobain Scott Jodoin à présenter en première mondiale, au début de la deuxième partie du concert, une création acoustique commandée par GroundSwell intitulée Impromptu. Jodoin a imaginé cette pièce à la fin d’une journée de travail sur un terrain de golf, en utilisant sa voix et différents objets de métal trouvés sur place. Cela a donné une musique d’un autre monde, qui ne s’éloignait pas trop de l’esprit du concert. Mme McIntosh a elle-même ensuite interprété un poème sonore constitué d’un amalgame de texte parlé, de percussion vocale, de son électronique et d’une bande enregistrée. ‘O’ est inspiré d’un poème à la fois émouvant et amusant de la poétesse manitobaine Di Brandt. Utilisant un synthétiseur-amplificateur sophistiqué qui lui permet de produire une variété d’effets sonores produits par sa voix, elle a donné une performance captivante, démontrant une créativité et une imagination très fertiles.

Les Winnipeg Singers terminent leur saison par la présentation, en collaboration avec le Philharmonic Choir de Winnipeg et la Arrowhead Chorale Duluth, Minnesota, d’un programme thématique intitulé Icônes et encens, dont l’œuvre principale est Les Vêpres de Rachmaninoff, à Winnipeg le 15 mai et à Duluth le 22 mai. Du 9 au 26 juillet 2016, ils feront une tournée en Allemagne, en Autriche et en Italie, dont le point culminant sera la participation au Festival choral de Florence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici