John Quayle, Roger Bazin, Robert De Smet dans les jardins publics du village de Saint-Claude.

Par Manella VILA NOVA

Les fondateurs du village de Saint-Claude, Manitoba, sont arrivés de Saint-Claude, en France, en 1892. Quatre ans après leur installation, ils ont commencé à célébrer la Fête Nationale française, qui est aujourd’hui une tradition dans le village.

Depuis 111 ans, les habitants de Saint-Claude se rassemblent pour fêter le 14 juillet. Roger Bazin, président de la Société historique de Saint-Claude,raconte : « On organise toujours la fête le dimanche le plus proche du 14 juillet. C’est une tradition que nous n’avons manquée que deux fois, pendant la Première Guerre mondiale. » Cette année,ce sera le dimanche 16 juillet.Les fondateurs de Saint-Claude sont arrivés d’Europe avec tous leurs bagages pour commencer une nouvelle vie.« Ils avaient toutes leurs valeurs,leur éducation, leur religion, leur culture. Saint-Claude s’est développé sur le fondement de ces valeurs. » Robert De Smet,trésorier de la Société historique,ajoute : « Célébrer le Jour de la Bastille est une façon de respecter nos ancêtres et de montrer la fierté de nos racines françaises. »Le lien entre le village manitobain et la France est très présent, comme l’explique John Quayle. « Pendant la Première Guerre mondiale, 134combattants français et canadiens sont partis de Saint- Claude. 20ont donné leur vie. » Un cénotaphe représentant un soldat français, un soldat canadien, et le buste du Maréchal Foch a été érigé en leur mémoire en 1921. « Nous nous y rassemblons après la messe pour une commémoration pendant la célébration du Jour de la Bastille. »Et comme chaque année, la France enverra un représentant pour déposer une gerbe de fleurs. « Le consul honoraire de France au Manitoba sera là, dit Robert De Smet. Parfois, c’est le consul ou l’ambassadeur qui vient. Le village est bien connu au niveau de l’ambassade de France. »Le village de Saint-Claude,qui compte aujourd’hui environ600 habitants, a vu les origines de ses habitants se diversifier avec le temps. « Des Polonais et des Ukrainiens sont venus, note John Quayle. Maintenant il y a d’autres immigrants. Nous avons un restaurant chinois, et les deux magasins sont tenus par des Coréens. »Cependant, le français et l’anglais restent les langues principales du village. « Nous essayons d’être une image du bilinguisme du Canada »,remarque Roger Bazin. John Quayle ajoute : « C’est pour ça que tout ce que nous produisons est bilingue. »Le Jour de la Bastille 2017sera spécial. En effet, le village célèbrera ses 125 ans, et la Confédération canadienne, ses150 ans. « Nous avons ajouté des divertissements pour célébrer tous ces anniversaires »,dit Roger Bazin.Après la messe et la commémoration au cénotaphe,la fête continuera au Parc Mile60 où une exposition de voitures aura lieu. Un joueur de cornemuse sera sur place. Des activités pour petits et grands seront organisées, dont qu’un concours de pétanque, des chants et une parade de bicyclettes décorés. Enfin, les musées du village seront ouverts gratuitement toute la journée.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici