Les bénévoles de la communauté ont aidé à aménager le nouveau Club Jovial de Sainte-Anne.

Par Manella VILA NOVA

Il y a à peine un an, un incendie a ravagé le Club Jovial de Sainte-Anne. Aujourd’hui, il s’apprête à rouvrir ses portes avec une nouvelle bâtisse et de nouveaux meubles auxquels les aînés espèrent s’habituer rapidement.

 

C’est emplie de tristesse que Lorraine Vincent, la présidente du Club Jovial, avait vu les dégâts causés au club au lendemain de l’incendie, le 29 juillet 2016. « On a été averti tôt le matin. On s’est rendu sur les lieux, mais c’était trop tard, Tout était boucané. On était surpris et déçus. Mais ça arrive, il n’y a pas grand-chose qu’on puisse faire dans ces cas là. » Le bâtiment brulé avait été rénové peu de temps auparavant. « La porte pour handicapés avait été refaite aussi. On était vraiment à l’aise dans notre bâtisse. »

Les travaux ont été entrepris rapidement pour reconstruire le Club Jovial, qui est très important pour les ainés de Sainte-Anne. « Le club existe depuis 32 ans. J’y suis depuis les années 1990. Tout le monde est intéressé par le club, surtout les membres, qui sont une cinquantaine. »

Roland Gosselin, l’ancien président et actuel conseiller du club, ajoute : « le club est important. C’est un endroit pour se rencontrer. Le bâtiment qui a brulé était la plus grande salle de Sainte-Anne. On la louait pour avoir des revenus. Beaucoup attendent sa réouverture dans les jours à venir. »

Pendant la reconstruction, les membres du Club Jovial ont pu se réunir dans la salle Saint-Alphonse de la paroisse de Sainte-Anne. « L’abbé Gabriel Lévesque nous a prêté la salle, dit Lorraine Vincent. Nous avions des tables de boules, et nous pouvions jouer aux cartes. »

Aujourd’hui, la nouvelle bâtisse est terminée, et des bénévoles travaillent pour l’aménager. Roland Gosselin est satisfait du nouveau club. « Je trouve que les travaux ont été bien faits. La salle est un peu plus petite, mais les salles de bain ont été agrandies au code du Manitoba. On espère qu’il n’y aura pas de défauts et que tout ira bien. »

Lorraine Vincent, elle, aura besoin de s’habituer. « On va encore avoir nos tables de boules et jouer aux cartes. Ils nous ont fait une belle bâtisse, mais elle est différente. La façade n’est pas comme avant. On a senti qu’on aurait un nouveau chez nous, mais ça va prendre du temps. Quand tout va être placé, je pense qu’on s’y fera. »

Les aînés du Club Jovial ont tout de même réussi à conserver quelques documents de l’ancienne bâtisse, dont un album de photos débuté à l’ouverture du centre. « On était un peu soulagé. Il y a des portraits, des souvenirs de soupers et des célébrations de Noël. Plusieurs d’entre nous sont partis. C’est une manière de conserver leur mémoire. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici