Les élèves de la division professionnelle de l’école du Ballet royal de Winnipeg sur la scène du Lyric Theatre.

Par Manella VILA NOVA

Lors de sa création en 1939, le Ballet royal de Winnipeg a instauré Ballet In The Park, un spectacle à ciel ouvert présenté par la compagnie et l’école de danse. 78 ans plus tard, c’est une tradition estivale qui rassemble des milliers de personnes.

 

Quand elle avait deux ans, Jaimi Deleau est allée voir Ballet In The Park avec ses grands-parents. « C’était le premier spectacle de danse que je voyais. J’ai dansé pendant toute la représentation, donc mes parents ont décidé de m’inscrire dans une école. J’ai pris mon premier cours à trois ans et j’ai intégré la division professionnelle de l’école du Ballet royal de Winnipeg à 10 ans. »

Aujourd’hui, elle fait partie du corps de ballet de la compagnie. « Je suis la seule danseuse de Winnipeg dans la compagnie. J’aime danser devant un public local. Ça a toujours été une tradition pour moi d’aller à Ballet In The Park. Par la suite, j’ai eu la chance d’être sur la scène. C’est un spectacle unique, et un très bon moyen de présenter la danse classique au public et d’impliquer la communauté dans ce que nous faisons. »

André Lewis est entré Ballet royal de Winnipeg en tant qu’étudiant en 1975. Il dirige la compagnie depuis 22 ans. « Ballet In The Park est une belle tradition que les gens apprécient. J’ai toujours voulu la maintenir. C’est une façon de redonner au public de Winnipeg qui nous soutient en venant nous voir au théâtre. Nous sommes bien heureux de danser dans le parc, qui est d’une grande beauté. C’est différent pour les danseurs. L’atmosphère est plus détendue. Je trouve que la nature et la culture vont très bien ensemble. »

Du 26 au 28 juillet, la compagnie présentera Celts, de Lila York. « Celts est un morceau irlandais, dit André Lewis. Je voulais quelque chose de bien vivant pour le parc. J’ai trouvé que ce serait une bonne façon de finir la saison. » Le public pourra également voir un extrait du ballet Don Quichotte, de Marius Petipa. Jaimi Deleau explique que ces spectacles ne sont « qu’un aperçu, mais ça donne une idée de ce que nous faisons au Ballet royal de Winnipeg. »

Les élèves des divisions professionnelle et récréative de l’école seront aussi sur scène. Pour André Lewis, cela permet de « célébrer le fait que nous ne sommes pas seulement une compagnie de danse, mais aussi une école. L’audience peut voir ce que nous faisons et avoir des perspectives plus grandes du côté de la danse, ainsi qu’une plus grande représentation des possibilités qui existent à Winnipeg. »

Des évènements comme celui-ci sont importants pour garder l’engagement du public dans les arts. « Nous cherchons toujours de nouvelles choses pour inciter les spectateurs à venir aux représentations. Nous essayons de trouver ce qui va les intéresser, comme Cendrillon, La Princesse et Le Gobelin ou La Belle au Bois Dormant. »

Ballet In The Park, au Lyric Theatre, Parc Assiniboine, du 26 au 28 juillet à 19 h 30. Entrée libre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici