À la fin du mois, Winnipeg accueillera la conférence « Bike! Bike! 2017 », un rendez-vous international annuel qui vise à réunir les différents projets vélo communautaires du continent pendant quatre jours. Eric Gosselin, co-fondateur de la Coop Vélo-Cité a pris part à l’organisation de cet événement qui sort du cadre.

Par Léo GAUTRET

Du jeudi 24 au dimanche 27 août, les artères de Winnipeg devraient enregistrer un nombre de coups de de pédales inhabituellement élevé. Avec environ 200 cyclistes attendus pour cette édition 2017, « Bike! Bike! » devrait définitivement prouver que Winnipeg appartient aussi à ses cyclistes. Une ville qui d’après Eric Gosselin, affiche une vie cyclo-communautaire hors du commun, quasi unique au monde. « Winnipeg est probablement la ville qui a le plus d’ateliers de vélo communautaires par habitant dans le monde, à coup sûr en Amérique du Nord. En tout, on en a huit différents. »

Il y a un an et demi, lui-même participait à la création de l’un d’eux, la Coop Vélo-Cité, dans le quartier de Saint-Boniface. Un bouillonnement social unique qui explique la tenue d’un tel événement dans la capitale manitobaine, organisé l’an passé à Détroit, et qui devrait avoir lieu à Los Angeles l’année prochaine.

Jeudi prochain, des centaines de cyclistes emprunteront les rues, avenues et parcs de Winnipeg pour suivre le programme préparé par l’atelier de vélo communautaire The Wrench qui organise l’événement. « Pour le moment on a enregistré 180 inscriptions. La plupart des inscrits viennent d’ateliers vélo communautaires d’autre villes du Canada, des États-Unis mais aussi du Mexique. On prête un vélo à chaque participant pour la fin de semaine. »

Un outil nécessaire pour se rendre à chaque atelier, pique-nique et soirée organisés dans toute la ville. « « Bike! Bike! », c’est se rassembler pour partager des idées et pour s’aider les uns et les autres à s’améliorer. Tous les inscrits sont amenés à faire une présentation pour les autres. » Des présentations qui auront lieu les vendredi 25 et samedi 26 à l’Université de Winnipeg, couvrant de nombreux thèmes, de la mécanique au cyclo-féminisme. « C’est aussi voir le vélo comme un outil de changement social et une façon d’accéder à une forme de liberté pour les plus défavorisés. »

En plus de ces ateliers, de nombreuses soirées ouvertes à tous sont prévues chaque soir, la fin de semaine se terminant par une projection en plein air du film franco-manitobain FM Youth, en partie tourné sur un tricycle.

Plus d’informations sur https://en.bikebike.org/, ou sur la page Facebook de l’événement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici