La Garderie des Bambins présente une pétition, le 27 septembre, au député de Saint-Boniface Greg Selinger. De gauche à droite, David Yvinec et son fils Yohann, Greg Selinger, Thérèse Musafiri. Daminano et Caj, deux petits de la garderie, tiennent une affiche.

Installée le 1er juin 2016 dans les locaux spacieux du sous-sol de l’église St. Philip’s à Saint-Boniface, la Garderie des Bambins détient un permis de la Province pour 40 jeunes. Or, elle n’a obtenu du financement que pour 16 enfants. Même si elle en accueille déjà 35 et que, par conséquent, elle enregistre un déficit de presque 33 000 $.

Par Daniel BAHUAUD

Accompagnés de leurs enfants, des parents de la Garderie des Bambins ont apporté, le 27 septembre dernier, une pétition au député provincial de Saint-Boniface, Greg Selinger, afin qu’il puisse soumettre le document au ministre de la Famille, Scott Fielding.

Leur message collectif : que la Province accorde aux Bambins les subventions pour les 24 places de garderie qui n’ont toujours pas été financées.

Paul Turenne est parent de la Garderie des Bambins depuis mai 2016, et vice-président du conseil d’administration de la garderie : « Je suis inquiet. Tous nos 52 parents sont inquiets. La garderie qualifie pour le financement provincial. On a le permis pour 40 places. Quand on a emménagé à l’église St. Philip’s, on a même obtenu un 6 000 $ pour aménager nos locaux et accueillir 40 jeunes. Mais on est toujours sur la liste d’attente de la Province. Notre situation est précaire et la Province le sait. En février 2017, on a obtenu un financement d’urgence de 9 500 $ pour l’embauche d’une éducatrice de niveau deux. C’est apprécie mais ça ne résout pas la situation à long terme. On a un déficit de 32 944.19 $. J’ai vraiment peur qu’un jour, je vais déposer mon enfant à la garderie, et on m’annoncera sa fermeture. La semaine dernière, la garderie a été obligée de puiser dans ses fonds opérationnels pour payer son personnel. »

« C’est nous qui prenons
les risques »
Thérèse Musafiri, directrice

Pour Thérèse Musafiri, la directrice de la Garderie des Bambins, « la situation est très frustrante ». « Pour obtenir les subventions provinciales, il faut d’abord créer les places de garderie et les combler. C’est nous qui prenons les risques. À l’heure actuelle, on accueille 4 bébés et 31 enfants d’âge préscolaire. Il ne nous reste que quatre places à combler.

« Pour aider à payer le salaire des employés, la Province accorde une subvention de 4 180 $ par enfant de deux à cinq ans et de 11 000 $ pour un bébé. En ce moment, la Province nous a payé 66 800 $ pour 16 jeunes. Si le gouvernement nous accordait tout le financement auquel on a droit, le total serait de 144 320 $. »

La Garderie des Bambins embauche présentement deux employés à temps partiel et sept employés à temps plein, dont quatre éducatrices qualifiées et trois aides de jeunes enfants.

Selon Paul Turenne, « les éducatrices offrent un service de grande qualité ». « Ce sont de super femmes qui travaillent très fort. Elles gagnent le strict minimum sur l’échelle salariale recommandée par la Manitoba Child Care Association. Ce qu’elles reçoivent est même honteux. »

Le ministre des Familles commente

Contacté par La Liberté, le ministre des Familles, Scott Fielding a souligné que « les 24 places présentement non financées ont été placées sur la liste d’attente du Programme d’apprentissage et de garde de jeunes enfants. Cette liste d’attente contient d’autres centres de garde. Il n’y a aucune garantie quand les fonds seront versés. Toutes les garderies doivent attendre leur tour. »

Le ministre des Familles a toutefois souligné que « la Province compte finaliser son entente bilatérale avec le gouvernement fédéral pour le financement de la garde d’enfants ». « Nous espérons utiliser une part de cet argent pour le financement des garderies, et nous allons considérer les espaces non subventionnés à la Garderie des Bambins ».

Ayant reçu la pétition et plusieurs lettres de parents individuels, le député Greg Selinger les a fait parvenir au ministre des Familles et à Rochelle Squires, la ministre des Affaires francophones.

« Je leur ai demandé du financement pour la garderie, en attendant l’entente bilatérale. Le Premier ministre Trudeau a indiqué qu’il aimerait que l’argent serve entre autres à appuyer les francophones en milieu minoritaire. J’espère que ce financement servira de solution pour la Garderie des Bambins. »


La FPM appuie les Bambins

La Fédération des parents du Manitoba espère que la Garderie des Bambins recevra plus de financement provincial, « plus tôt que tard ».

C’est du moins ce qu’affirme Brigitte L’Heureux, la directrice générale :

« En juillet, la FPM a présenté un plan d’action à la Province au ministre des Familles Scott Fielding, à la ministre des Affaires francophones, Rochelle Squires, au Secrétariat des affaires francophones et à la Société de la francophonie du Manitoba.

« Notre plan d’action rappelle que seulement 17,2 % des enfants francophones de 0 à 4 ans sont inscrits dans un service de garde dans des centres de garde francophones. Chez les anglophones, la norme est de 33 %. Pour que la situation soit équitable, il faudrait 411 places supplémentaires. En bref, il faut augmenter le nombre de places dans nos garderies francophones. »

En outre, la FPM recommande la création d’une nouvelle garderie francophone à Saint-Boniface, et plus de garderies et pouponnières dans le Sud-Est où, selon Brigitte L’Heureux, « le besoin est criant ».

De plus, le plan d’action de la FPM préconise l’accessibilité à plus de formation professionnelle pour les éducateurs et éducatrices de la petite enfance.

Brigitte L’Heureux souligne par ailleurs que le 17 septembre, elle a rencontré Michelle Stephen-Wiens, la directrice par intérim du Bureau d’apprentissage et de services de garde de la Province, pour discuter du plan d’action. « Les idées ont été favorablement accueillies. J’espère qu’on en tiendra compte une fois que l’entente bilatérale sera signée entre la Province et le Fédéral. Et avant tout, que les fonds seront disponibles pour la Garderie des Bambins. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici