Axelle et Nastassja Loiselle ont toutes deux remporté des médailles en ski de fond aux Jeux d’hiver du Manitoba, à Thompson le 5 mars. Les soeurs jumelles et leur mère, Katherine Loiselle, qui les entraîne, partagent leur recette pour réussir.

Par Daniel BAHUAUD

Nastassja et Axelle Loiselle ont remporté respectivement les médailles de bronze et d’argent, en complétant le parcours de ski de fond classique de 7,8 km, catégorie juvénile.

Au lendemain de leur victoire, les jumelles de 15 ans jubilaient encore.

Nastassja Loiselle : « C’était nos premiers Jeux d’hiver du Manitoba. Alors revenir à Winnipeg avec des médailles, c’est une grande source de fierté. On flotte encore. »

Ce n’était pas une victoire facilement acquise, confie Axelle Loiselle. « Les résultats étaient très serrés. Pour réussir, il faut beaucoup d’entraînement. Ma soeur et moi avons une petite touche d’asthme. Lors d’une course, on ne veut pas que nos poumons soient mis à l’épreuve au point de faire des dégâts permanents. Je travaille beaucoup ma respiration lorsque je m’entraîne. Nastassja aussi. Juste avant une course, je fais toujours des échauffements pour travailler mes poumons.

« Une autre clé pour la réussite, c’est de ne pas s’élancer à toute vitesse en début de parcours. Sinon, tu risques de t’épuiser. Il faut garder un bon air d’aller, un bon momentum. Et puis, quand tu t’approches de la fin du parcours, c’est là que tu donnes ton maximum. »

Nastassja Loiselle enchaîne : « Surtout, il faut se concentrer sur sa propre performance. Une des réalités du monde du ski de fond au Manitoba, c’est que les athlètes se connaissent bien. Certaines skieuses sont de notre club, les Assiniboine Park Jackrabbits. D’autres sont du club Windsor Park Nordic. Nous sommes copines. À Tompson, on partageait nos chambres d’hôtel. Avant et après les courses, on partage nos attentes et nos impressions de nos performances. Mais dès qu’on est sur le parcours, on est en compétition. Axelle n’est plus ma soeur, mais une athlète à devancer. Le plus difficile pour moi, c’était de ne pas me laisser distraire par le paysage boisé extraordinairement joli! »

Katherine Loiselle est entraîneuse certifiée de l’Association de ski de fond du Manitoba. « J’ai initié mes filles au sport lorsqu’elles avaient quatre ans. À l’époque mon mari, Robert Loiselle, et moi on cherchait une activité qu’on pourrait faire en famille. Le ski de fond nous semblait idéal. On peut pratiquer le sport pour le simple plaisir de s’amuser dehors, l’hiver. Ou encore, on peut se lancer dans la compétition.

« Il y a 20 ans, j’entraînais des jeunes qui pratiquaient l’athlétisme. Ihor Barwkinsky, un des premiers entraîneurs des Assiniboine Park Jack Rabbits, avait besoin d’aide. Lors d’un tournoi de ski de fond, il m’a demandé si je pouvais lui donner un coup de main. J’ai bien aimé ça, et j’ai obtenu ma certification. »

Pour Katherine Loiselle, entraîner ses enfants ne représentait pas un défi très difficile. « J’aurais fait exception à la règle si ne j’avais pas coaché Axelle et Nastassja. Dans les clubs de ski de fond, la plupart des entraîneurs sont des parents. C’est une affaire de famille. «

Cela dit, il faut être exigeante. L’hiver, on est sur nos skis chaque fin de semaine. À Winnipeg et à la campagne, surtout au lac Falcon. On travaille nos zones. La zone numéro un, c’est lorsqu’on skie longtemps, mais à rythme lent. En zone deux, le tempo s’accélère. Rendu à la zone quatre, on fait du sprint. »

L’été n’est pas non plus de tout repos pour les Loiselle. « On fait du roller ski, précise Nastassja Loiselle. On fait de la course à pied, et beaucoup d’étire ments et de la musculation sans haltères. Et puis on renforce nos bras sur une machine à ski. Maman nous fait travailler! »

Katherine Loiselle, elle, jubile. « Je suis super fière d’Axelle et de Nastassja. Du fait qu’elles se soient rendues aux Jeux d’hiver du Manitoba. Dénicher des médailles, c’était le glaçage sur le gâteau. Un glaçage savoureux! »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici