Malal Tall et son épouse, Jackie Neufeld, avec leurs jumeaux, Maymouna et Yero Tall.

Durant la Semaine nationale de l’immigration francophone, La Liberté donne la parole à ceux qui ont fait du Manitoba leur chez-soi.

Malal Tall a quitté le Sénégal pour le Canada en décembre 2014. À Winnipeg, il y a trouvé une véritable famille. Aujourd’hui marié, père de jumeaux et diplômé en électricité, la vie canadienne lui sourit amplement.

C’est à Marrakech, en mars 2013, que le destin de Malal Tall a basculé. Originaire du Sénégal, il travaillait entre son pays d’origine et le Maroc. Il ne s’attendait pas à y rencontrer l’amour de sa vie, Jackie Neufeld, Winnipégoise en séjour linguistique.

« C’était une rencontre magique. Malgré la barrière de la langue, on a parlé jusqu’au lendemain matin. Nos discussions étaient à base d’apprentissage de l’autre, de nos cultures et nos habitudes de vie différentes. C’était très enrichissant. Et deux semaines plus tard, on était fiancés! »

Les jeunes tourtereaux se marient traditionnellement au Sénégal en février 2014. En décembre de la même année, Malal rejoint enfin à Winnipeg son épouse qui, à l’époque, était infirmière dans le Nord de la province. Quand elle partait en déplacement, Malal, devenu résident permanent du Canada, vivait alors avec ses beaux-parents.

« Les parents de Jackie m’ont tout de suite accueilli à bras grands ouverts. C’est merveilleux. J’ai pu accomplir beaucoup de choses grâce à leur soutien. Nos familles sont d’ailleurs si proches que l’on part tous ensemble en voyage au Sénégal en février prochain. »

Dans son pays d’adoption, Malal Tall se lance alors un nouveau défi : y faire ses études supérieures. « Ici, au Manitoba, il y a beaucoup plus d’opportunités. C’était donc important pour moi d’y faire mes études et de pouvoir y développer mon expérience professionnelle. »

Première étape : obtenir l’équivalence du diplôme de 12e année au Collège Louis-Riel. Après six mois de travail ardu, c’est un succès.

Malal Tall se lance alors dans un domaine qu’il a toujours aimé : l’électricité. Il obtient son diplôme d’électricien en juin 2018.

« C’était tout un défi. Surtout car, entre-temps, nous avons eu des jumeaux! Il a fallu allier les examens et la vie de famille pendant un an. Mais c’est réussi. Maintenant, la prochaine étape est de finir mon apprentissage professionnel, pour devenir électricien qualifié et pouvoir être indépendant. »

Aujourd’hui, la grande valeur de la famille Tall est la diversité culturelle. Entre musique wolof, livres en français, discussions bilingues parsemées de quelques expressions en arabe, Malal Tall et son épouse ont un peu leur propre langue, leur propre culture.

Une véritable ouverture sur le monde qu’ils souhaitent partager le plus possible avec leurs enfants , Maymouna et Yero, bientôt âgés d’un an.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici