Ginette Fournier (à gauche) et Chantal Piché, avec l’écureuil Pas d’queue, lors du lancement de leur livre pour enfants Monica-Claire au Festival du Voyageur, le 31 janvier dernier. (Photo : Camille Harper)

Dans le deuxième tome des aventures de Monica-Claire, la jeune franco-manitobaine se rend au Festival du Voyageur pour retrouver son ami, l’écureuil Pas d’queue. Une histoire de Ginette Fournier, illustrée par Chantal Piché.

Par Camille HARPER

À un peu plus d’une semaine du lancement du 50e Festival du Voyageur le 15 février prochain, l’écrivaine pour enfants et enseignante à la retraite, Ginette Fournier, emmène déjà petits et grands dans l’univers du Festival grâce à son livre Monica-Claire au Festival du Voyageur, disponible en version anglaise ou française. (1)

L’auteure précise que « c’est le deuxième volet des aventures de Monica-Claire. Le premier, paru en 2016, se passait au parc Provencher, le « parc enchanté ». Mais je voulais vraiment en faire un au Festival du Voyageur. Je me souviens du premier Festival. J’étais là et c’était un évènement incroyable. Depuis, je suis une passionnée ».

Dans Monica-Claire au Festival du Voyageur, l’ami de Monica-Claire, l’écureuil Pas d’queue, doit jouer le rôle de Jean-Baptiste Lagimodière dans une pièce de théâtre au parc Provencher. Mais malheur, il est introuvable alors que la représentation doit bientôt commencer!

Il n’a pas pu résister à l’appel du Festival du Voyageur. Alors Monica-Claire, aidée de son amie Lili la libellule qui la rapetisse pour pouvoir l’emmener sur son dos, part à sa recherche dans le parc du Voyageur.

Ginette Fournier raconte : « C’est une course poursuite. Chaque fois que Monica-Claire et Lili aperçoivent Pas d’queue, il s’en va ailleurs. On visite ainsi plusieurs sites de Saint-Boniface et du Festival du Voyageur. »

L’illustratrice franco-manitobaine de 19 ans, Chantal Piché, qui avait déjà signé les dessins du premier tome de la série à l’âge de 14 ans, précise que « l’idée était de faire découvrir le Festival, les Voyageurs et la culture franco-manitobaine aux enfants ». L’auteure renchérit : « C’est un bon outil pour les parents, pour partager avec leurs enfants le patrimoine et l’histoire de la communauté ».

Quant au graphisme, Chantal Piché, qui dessine depuis l’âge de deux ans et demi « d’abord sur les murs, puis sur du papier, et maintenant sur l’ordinateur », confie s’être laissée inspirer par le rythme de l’histoire et par sa propre vie.

« Je me suis amusée à cacher dans les images des membres de ma famille ou des amis, notamment ma famille d’accueil quand j’ai vécu au Japon. C’était le fun de faire ces petits clins d’œil! Mais surtout, j’ai lu et relu l’histoire pour ressentir l’aura de chaque personnage. »

La traduction du conte pour enfants est signée Ben Vrignon. Ginette Fournier confie : « C’était important pour moi de partager notre culture et notre patrimoine non seulement avec les francophones et francophiles, mais aussi avec les anglophones. »

Par ailleurs, un guide pédagogique permettant d’exploiter la notion de voyageur à travers ce conte a été développé par Janine Tougas et Natalie Labossière.

(1) Monica-Claire au Festival du Voyageur est en vente aux librairies À la page, La boutique du livre et McNally Robinson.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici