Jasmine et Anne-Sophie sont les enfants de Liliane et Robert Régnier, la famille des Voyageurs officiels de la 50e édition. (photo : Manella Vila Nova)

La première fin de semaine laisse présager un 50e Festival du Voyageur qui remplira les objectifs des organisateurs. Météo et technologie y auront contribué.

Par Camille Harper

Gabriel et Marcelle Forest ont été les Voyageurs officiels en 1990-1991. (photo : Marta Guerrero)

Le 50e Festival du Voyageur clôturera avec, entre autres, la Soirée commémorative le 22 février, où se retrouveront sur la scène cinq anciens groupes et artistes phares du Festival : Madrigaia, Kelly Bado, Jerry & Ziz, Folle Avoine et Les Louis Boys.

De plus, le 24 février dans la tente Rivière-Rouge, une capsule de temps sera enterrée pour la première fois. Nicolas Audette : « Tous ceux qui voudront pourront laisser un message dans la capsule de temps, pour partager nos expériences et notre vision pour le Festival. »

Déjà, après les premiers quatre jours de festivités, le Festival du Voyageur est très optimiste quant au succès de la 50e édition du Festival. Darrel Nadeau, directeur général, commente : « Sans rentrer dans les détails des chiffres, car tout peut être très différent d’une fin de semaine à l’autre au Manitoba, il semblerait qu’on aille vers une hausse de 20 % par rapport à nos chiffres de l’an dernier. »

En 2018, les visites au Parc du Voyageur et dans les relais s’étaient chiffrées à environ 93 000 au total sur l’ensemble du Festival. Nicolas Audette, gérant du marketing et des communications, ajoute que « les visiteurs d’autres festivals, notamment de Dakota du Nord, du Minnesota et même de Floride, étaient deux fois plus nombreux que d’habitude. Normalement, ils sont environ 80 à venir. Cette fois-ci, ils étaient 160 ».

Si les festivaliers étaient au rendez-vous, avec plusieurs soirées au Parc à guichet fermé, ils n’ont pas pour autant eu à subir les longues files d’attente dans le froid, à l’extérieur des tentes.

Nicolas Audette : « C’était une de nos grandes priorités cette année de régler ce problème, pour que tout le monde ait une belle expérience du Festival. On a donc changé les catégories de billets qu’on proposait pour avoir un meilleur contrôle sur les nombres qui viendraient le soir. « On avait aussi des nouveaux scanners à l’entrée, beaucoup plus fiables. Leurs données nous ont permis chaque jour de prendre des décisions sur le nombre de billets pour la soirée à ne pas dépasser. »

Plusieurs évènements de la première fin de semaine ont été courus, en particulier les soirées Silent Disco dans le Dôme et la journée Louis-Riel dans la Tente Rivière-Rouge, qui donnait place aux Premières Nations.

Nicolas Audette précise : « La tente a été très occupée du matin au soir. Lors du Pow-Wow 101 avec Manitoba Ahbee notamment, elle était pleine. On est très contents de voir toute cette participation du public, cet intérêt. »

De gauche à droite : Lynne Connelly, présidente du Festival du Voyageur, Brian Bowman, maire de Winnipeg, et Rochelle Squires, ministre responsable des Affaires francophones à la Province, ont pris part aux cérémonies d’ouverture du 50e Festival du Voyageur. (photo : Morgane Lemée)
Le défilé des drapeaux métis lors de la Journée Louis-Riel. (photo : Camille Harper)
Dannalynn Harper découvre la tire sur neige à la Cabane à sucre. (photo : Camille Harper)
Les Surveillantes ont retrouvé la scène du Festival lors d’un spectacle unique à la Tente Rivière-Rouge. De gauche à droite : Denis Vrignon-Tessier, Éric Gosselin et Jérémie Gosselin. (photo : Camille Harper)
Curt Lavallee, menuisier au Fort Gibraltar. (photo : Marie Berckvens)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici