Le duo Dubé-Connelly : l’art de renouveler leur complicité. Photo: Marta Guerrero

Louis Dubé et Dennis Connelly reforment leur duo mythique, pour deux soirées, les 12 et 13 avril prochain à 20 h à la salle Antoine-Gaborieau, du CCFM. Le tout au profit du 100 NONS, l’organisation qui a permis leur rencontre.

Par Marie BERCKVENS

Qui aime bien, châtie bien. C’est ce proverbe qui vient en tête, lorsqu’on rencontre ces deux amis de longue date, Dennis Connelly et Louis Dubé. Des amis qui se sont rencontrés, à un moment d’un grand bouillonnement musical. Dennis Connelly l’assure : « J’avais à peine 18 ans. Je dansais avec les Gais manitobains qui sont devenus par la suite les Danseurs de la Rivière-Rouge. J’avais été à quelques soirées du 100 NONS. C’est là que j’ai pu rencontrer les gens du 100 NONS, dont François Savoie et son ami Louis Dubé. »

Le duo Dubé-Connelly a vite pris forme. Il a présenté de nombreux spectacles dans les années 1970 et 1980 au Manitoba. Dennis Connelly raconte : « Louis faisait de la mise en scène, travaillait avec les chanteurs, chantait lui-même. Moi j’assurais de la direction musicale, je composais des musiques pour les textes. On nous embauchait comme duo pour faire de la musique et pour des productions, parfois. »

Le projet qui les a le plus marqué? Au pays des Bois-Brûlés. Louis Dubé s’en souvient très bien : « Annette Saint-Pierre et ses élèves de la classe de littérature de l’Ouest ont trouvé des vieilles chansons métisses et des poèmes, comme le poème de Louis Riel intitulé La Métisse, poème à sa soeur Sara. On s’est basé là-dessus pour créer une production avec plein d’éléments.

Dennis Connelly se remémore : « Il y avait des éléments audiovisuels, de la musique, un orchestre, une comédie musicale qui alliaient comédiens et chanteurs. Tous venaient du Collège universitaire de Saint- Boniface ». Louis Dubé ajoute sa part de souvenir : « Ça devait être un projet de trois ou quatre représentations. Finalement, ça a duré pendant tout le Festival du Voyageur en 1977. Et toujours à guichet fermé. »

La même année, Louis Dubé quittait le Manitoba pour se rendre à Montréal. Pendant cinq ans, il a parcouru les boîtes à chansons un peu partout au Québec, de la Gaspésie jusqu’à l’Abitibi, en passant par toutes les petites villes et villages croisés sur son chemin. Durant cette période, pendant un an, Dennis Connelly l’avait rejoint : « Je me souviens surtout de plusieurs spectacles à Trois- Rivières, dans l’une des plus grandes brasseries du Québec. L’ambiance était extraordinaire. Parfois, on était dans des restaurants piano-bar où il y avait à peine sept-huit tables. Une couple de places très petites et intimes. On laissait les micros sur la scène. On quittait la scène et on déambulait entre les tables. On chantait et on avait bien du plaisir. Ça nous donnait la chance de rencontrer les gens et parfois des filles (rires). »

Le duo reprenait vie quand Louis revenait dans son Manitoba natal, jusqu’à l’idée de se retrouver vraiment sur scène. Louis Dubé partage volontiers le moment déterminant : « J’étais de retour à Winnipeg pour un anniversaire. J’ai dit à Dennis : Si ça te tente, on pourrait prendre un petit peu de temps pour rebrosser nos vieilles chansons et aller les chanter dans nos résidences de personnes âgées, histoire de leur faire plaisir. Emballé, Dennis a répondu tout de suite : On va faire un vrai show, tant qu’à faire!

Les deux amis le murmurent à demi-mot. Tellement pris par l’excitation, ils en ont du mal à dormir. Dennis Connelly : « On est très heureux que ce projet-là va faire sa part pour contribuer à la pérennité du 100 NONS et à la vitalité de la langue française par le biais de la chanson. Ça nous donne aussi la chance de redonner. »

Porté par l’enthousiasme du duo, d’autres artistes ont rejoint le mouvement, dans le même esprit bénévole. Le duo va donc se produire en compagnie d’autres artistes dans la salle Antoine-Gaborieau (1). Louis Dubé qui a contribué à la création du 100NONS et a été son directeur entre 1972-74 salue l’âme dirigeante, le professeur de français Antoine Gaborieau : « Gaborieau, c’était notre mentor. On va le fêter, lui rendre un nouvel hommage en quelque sorte. »

Comme si la boucle était bouclée pour le duo qui se fait un plaisir de conclure l’entretien en entonnant : Quand on aime, on a toujours 20 ans, 20 ans, 20 ans…

(1) Le duo Dubé-Connelly sera entouré de Gerry et Ziz, Andrina Turenne, Nicole Brémault, Lina LeGal, Daniel ROA, Jocelyne Baribeau et Gen + Tonic. Le spectacle du 12 avril 2019 est à guichet fermé. À l’heure d’écrire ces lignes il restait encore quelques places pour celui du 13 avril 2019.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici