Sur la photo, de gauche à droite : Casey Leggett, Darius Bossé, Jennifer Klinck et Sara-Marie Scott. Voilà l’équipe de Juristes Power Law à laquelle Joseph Roy Éric Bessette a confié sa cause.

La Cour suprême du Canada a statué unanimement qu’un citoyen de la Colombie-Britannique avait droit à un procès en français, bien que l’infraction relevait du droit provincial. Une décision clairement saluée comme une victoire pour les minorités linguistiques.
Par Marie BRECKVENS

Il s’appelle Joseph Roy Éric Bessette. Son nom est dorénavant attaché au jugement rendu par la Cour suprême le 16 mai. La décision des juges est l’aboutissement de la procédure engagée en 2015 par M . . .

Pour consulter le contenu de cet article dans son intégralité, vous devez être abonné*.

Abonnez-vous ou si vous êtes déjà abonné connectez-vous