Édith Dumont va devenir la première vice-rectrice aux partenariats, aux collectivités et à l’international de l’UOF. Photo : gracieuseté Etienne Ranger, archives Le Droit

L’Université de l’Ontario français (UOF) gagne une vice-rectrice, alors que le Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO) perd sa directrice de l’éducation, Édith Dumont.

 

Par Julien PAQUETTE  (Le Droit)

 

À compter du 13 avril prochain, Mme Dumont quittera les fonctions de directrice de l’éducation et de secrétaire-trésorière du CEPEO qu’elle occupe depuis 2012 pour devenir la première vice-rectrice aux partenariats, aux collectivités et à l’international de l’UOF.

« Le CEPEO, c’est ma famille et ça, ça ne s’oublie jamais », lance au téléphone celle qui aura travaillé pendant 32 ans pour cette organisation.

Ces émotions sont par contre en contradiction avec l’envie de relever ce nouveau défi professionnel, soutient Édith Dumont.

 

Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal Le Droit

 

« Pour la première fois de l’histoire, on va voir naitre une université francophone en Ontario, affirme Édith Dumont. C’est un privilège de joindre cette équipe qui va voir à la mise en œuvre de ce projet. » [NDLR Certains plaideront l’existence de l’Université de Hearst.]

« J’ai eu trois coups de foudre dans ma vie : le CEPEO, mon mari et mes enfants, puis maintenant, il y a l’Université de l’Ontario français », ajoute celle qui dirige le CEPEO depuis huit ans.

Mme Dumont est intriguée par la possibilité de développer une université capable de « capturer les besoins actuels ». Comme l’institution est toujours en développement, elle estime que l’équipe de direction jouit d’une flexibilité que n’ont pas les autres universités ontariennes.

 

Un bilan positif au CEPEO

Les années d’Édith Dumont à la direction de l’éducation du conseil scolaire auront été marquées par la croissance alors que la population étudiante du conseil scolaire a crû de 3000 seulement au cours des cinq dernières années. Dans un communiqué, le CEPEO attribue cette évolution à «une forte rétention des élèves au sein des divers programmes spécialisés, à l’ouverture de cinq nouvelles écoles, aux agrandissements de plusieurs installations scolaires et à l’ouverture de garderies».

Mme Dumont a été la première femme à diriger le CEPEO. Elle sera remplacée par une autre femme alors que l’actuelle surintendante de l’éducation, Ann Mahoney, occupera les fonctions de directrice de l’éducation sur une base intérimaire.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici