Janet La France, la nouvelle directrice générale de la Société historique de Saint-Boniface. Photo : gracieuseté de Janet La France

Le site web de la Société historique de Saint-Boniface est très fréquenté, notamment dans le cadre de recherche sur l’histoire régionale des francophones et des Métis. Aujourd’hui il est à risque de s’effondrer. Le point avec Janet La France, la nouvelle directrice générale depuis mai.

 

Par Laëtitia KERMARREC

 

Janet La France explique que « la Société historique de Saint- Boniface a un site web principal hébergé par Funio et une base de données hébergée par Andornot (1). Seul le premier est actuellement vulnérable. La base de données est liée au site principal, mais n’est pas du tout à risque. »

Ce qui se traduit par « la possibilité de son effondrement total. Le site pourrait arrêter de fonctionner complètement et la Société historique de Saint- Boniface n’y aurait alors plus accès pour modifier quoi que ce soit. »

De plus, « la fragilité du site engendre des problèmes de sécurité. On ne sait pas qui pourrait y rentrer pour nous attaquer. La mise à jour est devenue impérative. »

À ces risques est associée « non pas la perte des documents, qui sont sauvegardés en back up sur le serveur, mais la perte du service au public. Notamment l’accès pour les chercheurs, qui ont effectué 74 000 visites du site en 2019-2020. »

Pour celle qui occupait précédemment les fonctions de généalogiste à la Société historique, ce serait « une immense perte. Le site contient environ 4 000 pages d’informations.

« Ce sont des informations générales, mais des bons points de départ pour toutes les recherches sur l’histoire de la francophonie manitobaine, avec les chronologies des évènements marquants, l’histoire de Louis Riel, le recensement de toutes les paroisses et groupes religieux… Nous sommes un peu le Wikipédia du Manitoba francophone! »

Ces problèmes de serveur ne datent pas de la pandémie. « On savait déjà qu’il y avait un problème avec le site web. Et on envisageait de le remplacer. Mais on ne savait pas que c’était aussi urgent. » En fait, le confinement a exacerbé les problèmes.

« En avril, les bureaux étaient fermés à tous. Donc tout passait par le site web. Nous comptons habituellement une centaine de demandes de documents par mois, qui peuvent être faites en personne, par courrier ou via le site web. Depuis la pandémie, toutes les demandes sont faites en ligne. Ce qui est d’ailleurs toujours encouragé pour des raisons de sécurité. »

La solution à ce problème crucial est « une refonte presque de zéro du site web. La dernière date de 2009. Nous travaillons avec la compagnie Deschênes Régnier, qui nous a fait un devis pour un site haut de gamme qui s’élève à 50 000 $.

« Ce budget comprend aussi des sessions de formation, pour montrer comment faire des ajouts sur le site web et comment s’occuper des questions de sécurité, par exemple. Pour l’instant, nous avons un total de 30 000 $. Le conseil d’administration de la Société historique de Saint- Boniface a décidé d’investir 15 000 $ du revenu généré par ses fonds de dotation cette année.

« Aussi, le personnel, les travailleurs autonomes, dont les services sont régulièrement retenus par le Centre du patrimoine et 100 % du conseil d’administration contribuent ensemble un total de 10 000 $ au projet. Auquel s’ajoute 5 000 $ de dons provenant de particuliers, de membres, de chercheurs… »

En attendant d’obtenir les 20 000 $ manquants et de maîtriser le nouveau site, Janet La France a pris la décision de retirer le site web pour des raisons de sécurité. La compagnie Deschênes Régnier a créé un site web par intérim d’urgence pour le remplacer temporairement.

« Il est très, très basique, facile à gérer et consulter. Il contient la page d’accueil, le fil d’actualités, le formulaire de généalogie, un lien à la base de données des archives, une page administrative de règlement intérieur et un espace pour les expositions en ligne et les outils pédagogiques.

« Mais ces outils ne vont pas fonctionner comme avant, car la solution dans l’urgence a été de les mettre en accès sous format pdf. Ils seront mieux présentés dans le prochain site web. En fait, le nouveau design sera plus facile à naviguer que le précédent. »

(1) Le site principal se trouve à shsb.mb.ca et la base de données à archivesshsb.mb.ca.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici