Raymond Maynard est le maire de Saint-pierre-jolys. Le village compte 1 305 résidents. (photo : Marta Guerrero)

Saint-Pierre-Jolys s’est vu financé par le Fonds de développement économique francophone de l’ouest canadien (FDÉFO) pour un nouveau projet d’agrandissement du camping municipal et de sentiers récréatifs. Une aubaine pour le village qui souhaite accueillir de nouveau du monde après la pandémie.

Par Ophélie Doireau

Raymond Maynard est maire de Saint-Pierre-Jolys depuis octobre 2018, il se réjouit que leur projet ait été choisi pour cette subvention fédérale et ait reçu 30 000 $.

« C’est une belle nouvelle d’avoir obtenu ces fonds. Comme élus, on veut tout le temps améliorer le parc du camping et plus généralement améliorer la vie du village. On essaie de donner des façons que les gens puissent se rencontrer et faire des choses récréatives pour se garder en santé aussi bien pour les résidents de Saint-Pierre-Jolys que pour les personnes qui viennent nous visiter.

« Autour du terrain de camping, il y a des sentiers pour randonner, il y a aussi plein d’activités pour les familles. On veut vraiment que les personnes aient des occasions de sortir surtout qu’on l’a vu pendant la pandémie, le fait d’avoir des espaces pour marcher influence la santé mentale.

« En ce moment, on a eu huit sites de camping. Avec le projet, on vise à agrandir de six places supplémentaires. On ne veut pas faire un gros terrain de camping. On essaye d’avoir un endroit un peu chaleureux et familier. On ne veut pas que les gens s’inquiètent du bruit autour.

« Il faut dire que nos huit sites de camping étaient plein toute la saison. Il n’y avait pas de place ni la semaine, ni la fin de semaine. Les sites peuvent accueillir des campeurs jusqu’à 30 pieds de longueur donc le nombre de personnes varie. »

Stimuler l’attractivité du village

Pour Raymond Maynard, cet investissement a un effet domino sur le reste de la vitalité du village.

« Lorsque les personnes viennent camper chez nous, ils découvrent ou redécouvrent le village. Ils peuvent aller à la cabane à sucre, au Musée de Saint-Pierre-Jolys. Il y a aussi de belles places à visiter comme notre belle boulangerie.

« Je pense qu’agrandir notre terrain de camping est une belle occasion pour que les personnes découvrent ce que notre communauté a à offrir. »

C’est dans cette même veine que s’inscrit le projet de développer des sentiers récréatifs.

« On veut allonger les sentiers. Il y a la digue qui fait le tour du village au sud-ouest, les gens longent la digue comme un sentier. On aimerait aussi pouvoir relier tous les sentiers.

« L’année dernière, grâce au don d’un conseiller décédé et de sa famille, on a pu mettre des lumières sur les sentiers. Les personnes peuvent se balader durant la nuit. On les a installées aussi sur ce sentier parce que c’est celui où on patine l’hiver. »

Cette année, l’enveloppe du FDÉFO était de 536 000 $, Saint-Pierre-Jolys a reçu 30 000 $ pour financer ces projets.

« Il faudra que le village complète cette enveloppe pour mener les projets à terme puisque l’octroi n’est jamais total. »

Les autres projets sélectionnés pour le Manitoba sont la création d’une maison d’hôte et d’une pépinière d’artistes et parc pour véhicules récréatifs, présenté par St Georges Community Club Inc et la rénovation de l’ancien hôtel de ville et aménagement du musée municipal, présenté par la municipalité rurale de Saint-Laurent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici