Carmen Clément récemment diplômée du Centre scolaire Léo-Rémillard. (photo : Marta Guerrero)

Carmen Clément, 18 ans, diplômée du Centre scolaire Léo-Rémillard (CSLR), a développé beaucoup de confiance personnelle après ces quatre années de secondaire. Nerveuse en 9e année, elle a su grandir et développer ses passions.

Par Jonathan SEMAH

Le changement de l’École Lacerte au CSLR ne fut pas facile pour Carmen Clément. Elle a abordé le début de la 9e année avec beaucoup d’appréhension.

« Il faut l’avouer, j’étais vraiment angoissée en arrivant. Je n’ai pas trouvé beaucoup de nouveaux amis, je suis restée avec mon petit groupe. Je n’étais pas très confiante d’aller vers les autres et explorer d’autres choses. »

Mais en quatre années de secondaire, le temps a fait son travail. Carmen Clément a pris ses aises et se sent désormais beaucoup mieux. Elle revient sur ce changement de personnalité et comment son caractère s’est affirmé en quelques années. « Plus jeune, j’étais très touchée par ce que les autres pouvaient penser de moi. C’était vraiment difficile de ne pas y faire attention. J’ai maintenant beaucoup plus confiance en moi, je sais que c’est correct d’être différent.

« On est tous très uniques et c’est ça notre force. Il faut rester soi-même et de ne pas avoir peur de faire des erreurs. De mon point de vue, je me suis rendu compte qu’il ne fallait pas avoir peur de faire des liens avec d’autres élèves, avec nos enseignants. C’est important de participer aux activités parascolaires. Ça permet vraiment de s’intégrer. Ça m’a permis de rendre mon expérience dix fois meilleure. »

Comme la plupart des jeunes de sa génération, Carmen Clément a aussi vécu la pandémie au secondaire. Deux années délicates qui ont été en partie rattrapées par une 12e année où beaucoup de choses ont été faites pour rattraper le temps perdu.

« C’était difficile, mais ça a également rendu notre 12e année encore plus spéciale. On a toujours pris pour acquis ce qu’on avait dans la vie. Puis la COVID-19 est arrivée et nous a fait réaliser qu’il fallait profiter de chaque expérience. Nous autres, nous avons perdu un an et demi d’école. Mais nous avions des relations fortes avec d’autres élèves et même des enseignants, ce qui a permis de passer cette période du mieux possible. »

| Science et comédie

Depuis les cours élémentaires, la jeune adulte a toujours aimé l’école sans pour autant savoir quel cours elle préférait. Mais ses années au CSLR lui ont permis de démontrer sa fibre scientifique.

« Dès la 9e année, mon intérêt pour les sciences a augmenté. Puis, j’ai continué en 11e et 12e en suivant les trois cours de sciences, biochimie et physique. Et personnellement, je pense aller encore plus loin dans cette voie. Et cet intérêt, je le dois aussi aux enseignants que j’ai eus. Monsieur Durand et Madame Dheilly, deux des enseignants de sciences que j’ai eus, m’ont vraiment aidée et m’ont fait apprécier les sciences. »

Mais celle qui compte passer son été à se reposer n’est pas qu’un profil scientifique. En effet, Carmen Clément possède aussi une vraie sensibilité artistique qu’elle tient notamment de son père, Charles Clément, producteur pour la télévision notamment.

« À la rentrée, je serai à l’Université de Saint-Boniface pour poursuivre des études en sciences, mais depuis la 5e année je suis aussi comédienne pour différentes émissions de télévision.

« J’ai toujours vécu dans cet environnement de réalisations de films ou de rencontres de comédiens et comédiennes, ce qui fait que depuis toute petite, j’ai eu de l’intérêt pour ce monde. J’ai eu des petits rôles dans des émissions. Donc c’est un passe-temps qui pourrait devenir un travail. En tout cas, j’espère aussi continuer dans ce chemin-là. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici