Les tableaux les plus récents de la collection permanente.

La collection permanente de la Galerie d’art de Winnipeg est de nouveau en exposition. Cette collection est de grande importance pour plusieurs Manitobains. Aline Halischak, la coordonnatrice des programmes d’éducation explique : « Les enseignants du secondaire et les professeurs universitaires comptent sur nous pour que ces œuvres soient toujours en exposition, ils y amènent souvent leurs élèves et étudiants. »

Photoreportage de Raphaël BOUTROY

Un Picasso en exposition permanente à Winnipeg. (photo : Raphaël Boutroy)
En regardant de derrière les céramiques, les tableaux changent dans la perspective de l’observateur. (photo : Raphaël Boutroy)
L’art céramique crée des divisions dans la salle d’exposition. (photo : Raphaël Boutroy)
Tableau romantique de George Morland. (photo : Raphaël Boutroy)
Natures mortes de Pieter Breughel le jeune, certaines des acquisitions les plus récentes de la collection. (photo : Raphaël Boutroy)
« La Mona Lisa de Winnipeg », d’après Aline Halischak. Des rayons X ont révélé que cette dame au sourire mystérieux est peinte sur un tableau qui était d’abord une tête décapitée du roi français Louis XVI. (photo : Raphaël Boutroy)
Des pots de céramique et des statuettes encadrées de plexiglas segmentent la salle d’exposition. (photo : Raphaël Boutroy)

Il est intéressant pour la Galerie d’art de varier ses expositions un peu ou du moins, l’installation de l’exposition : « Steven Borys, notre directeur général, a voulu incorporer une rangée de céramiques et statuettes entre les deux murs pour aider à diviser l’exposition », explique Aline Halischak.

La collection permanente de la Galerie d’art contient beaucoup d’œuvres religieuses, ses tableaux les plus anciens sont souvent des scènes religieuses. (photo : Raphaël Boutroy)
Une œuvre novatrice à son époque de Paul-Émile Borduas. (photo : Raphaël Boutroy)
La collection permanente accueille des artistes de partout dans le monde. (photo : Raphaël Boutroy)
Un groupe de Canadiens français qui refusent de payer des anglophones à un poste de péage. (photo : Raphaël Boutroy)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici