Lily Hadfield. (photo : Raphaël Boutroy)

En 2022, les Jeux d’été du Canada ont inclus pour la première fois le rugby féminin à sept. L’équipe du Manitoba espère représenter fièrement leur province. Deux athlètes francophones, Emma fox et Lily Hadfield partagent leurs expériences.

Par Raphaël BOUTROY

Les Jeux d’été du Canada 2022 ont inclus le rugby féminin à sept dans leur programme de sports. Du 6 au 21 août 2022, le Manitoba a eu une équipe à Niagara, en Ontario, où les Jeux ont lieu.

Au Manitoba, le rugby a une communauté enthousiaste. Emma Fox, membre de l’équipe provinciale envoyée à Niagara pour les Jeux du Canada : « J’ai hâte de représenter le Manitoba, moi et mon équipe on veut montrer de quoi on est capable ».

Emma Fox a grandi au Manitoba, âgée aujourd’hui de 16 ans, elle a été initiée au sport il y a longtemps:«Àhuitans, mon entraîneur de football américain m’a recommandé d’essayer le rugby, il a dit qu’il y avait plus de débouchées pour les femmes dans ce sport ». Bien entourée depuis les débuts dans le sport, elle remarque les avantages du rugby au Manitoba : « Il y a beaucoup de programmes de rugby féminin ici, il y a aussi un système de soutien développé en place, des bourses, des équipes et des entraîneurs ».

Emma Fox est passionnée par le rugby. Mais, elle sait aussi tracer un équilibre parmi des activités : « Je continuerai le rugby tant que je peux continuer l’école en même temps, je veux faire des études d’ingénierie agricole, si l’université que je choisis à une équipe de rugby tant mieux… ». Cet été aux Jeux Emma fox a hâte de pouvoir mettre en œuvre tous ses efforts : « Les Jeux sont un évènement énorme, j’ai toujours voulu y participer et je suis tellement fière de représenter le Manitoba. »

| Un évènement important

Sa coéquipière Lily Hadfield, âgée de 18 ans qui partira aussi aux Jeux du Canada, vient de terminer la 12e année : « En septembre, je vais étudier à l’Université de Winnipeg, je compte faire le programme d’ergothérapie et puis peut- être aller en pédiatrie. Mais une chose à la fois ». Ayant travaillé fort aux études comme au rugby, elle sera équipée de deux bourses à la rentrée : « J’ai reçu le Hubbell Award de 1 000 $ et le Peter Scouras Memorial scholarship de 1 500 $ ».

Lily Hadfield compte continuer le rugby au cours de ses études, mais auprès de clubs puisque l’Université de Winnipeg n’a pas d’équipe de rugby féminin. Lily Hadfield reconnaît, comme sa coéquipière, que la province est un berceau pour le rugby : « Le Manitoba est un bon endroit pour pratiquer mon sport, mais au niveau national on n’est pas la province la plus forte, il faudra travailler fort aux Jeux pour prouver le contraire ».

Les Jeux sont l’évènement sportif de plus grande envergure auquel Lily Hadfield aura participé : « Je suis très contente d’y aller, mais je suis aussi un peu nerveuse. Je n’ai jamais participé à un évènement aussi grand et important. »

Le rugby à sept est un sport qui est joué depuis longtemps au Canada, cela dit il n’a pas encore réussi à s’imposer lors de grands évènements sportifs canadiens. Jack Hanratty, entraîneur de l’équipe nationale senior de rugby à sept, pèse l’enjeu : « Nos équipes seniors de rugby à sept ont pour objectif de participer et de réaliser des performances lors de jeux multisports, notamment les Jeux panaméricains, les Jeux du Commonwealth et, bien entendu, les Jeux Olympiques. »

Le processus pour faire entrer un sport dans les Jeux du Canada dure environ six ans et une fois qu’un sport est inclus dans la programmation, il peut aussi être retiré. Une réponse écrite en date du 5 juillet, le Conseil des Jeux du Canada indique que : « Plusieurs sports sont proposés au conseil comme le rugby à sept, mais le conseil n’a pas sélectionné le rugby à sept, il a été sélectionné par le comité d’hôte des jeux ».

Le Conseil des Jeux du Canada et Jack Hanratty s’accordent sur l’importance des Jeux d’été du Canada pour le développement du rugby et de sa communauté. « L’inclusion du rugby aux Jeux d’été du Canada est non seulement une compétition de haut niveau pour les athlètes, mais permet aussi d’exposer toutes les provinces et tous les athlètes de divers sports au rugby », explique Jack Hanratty. « Le rugby à sept est un sport rapide et intense qui est certain de plaire aux spectateurs et d’inspirer des générations futures à se joindre au sport », souligne le Conseil des Jeux du Canada.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici