Marcel French. (photo : Marta Guerrero)

Marcel French est une figure du bénévolat au Manitoba. Âgé de 66 ans, il a énormément oeuvré en donnant son temps notamment au Festival du Voyageur. Il a d’ailleurs reçu en avril 2022 le capot honorifique du Festival.

Par Jonathan SEMAH

Ode la ville d’Altona au Manitoba, il y a fait ses études jusqu’à ses 17 ans avant de venir à Winnipeg. C’est dans les années 1970, âgé d’une vingtaine d’années, que l’histoire entre Marcel French et le Festival du Voyageur débute. Recevoir le capot honorifique 50 ans plus tard représente une vraie fierté pour lui. 

« Ça a été un long voyage! Le Festival du Voyageur représente beaucoup pour moi. J’ai donné beaucoup de temps et d’énergie. C’est un bel accomplissement de recevoir le capot. »

Même s’il connaît le Festival du Voyageur par coeur, Marcel French a toujours hâte d’y retourner. Selon lui, sa force vient des autres. Il aime se sentir entouré et être un membre à part entière de la communauté. 

« Quand je prends un peu de temps pour moi, que je m’assoie, réfléchis, je me dis : Whaou, j’ai vraiment fait toutes ces années? Combien d’hivers? Combien d’équipes de direction? Combien de familles rencontrées? Et à moins d’avoir une mémoire excellente, je ne peux pas me souvenir de tout, ça fait tellement d’années!

Marcel French portant le capot honorifique du Festival du Voyageur. (photo : Gracieuseté)

« Peu importe les journées froides et difficiles, ce qui me plaît, c’est rendre à la communauté. Je suis une personne très sociable et il y a toujours quelque chose qui me fait y retourner. »

Même si chaque année, à l’aube du Festival, Marcel French perd le sommeil, il a toujours autant hâte d’y remettre les pieds en pensant d’ailleurs à chaque fois que ce sera peut-être sa dernière. Il décrit ce qu’il préfère dans son activité de bénévole. « Travailler avec les gens, c’est sûrement le plus important pour moi. L’atmosphère et l’ambiance sont aussi essentielles. Et puis, en ce qui concerne le Festival, il faut vraiment avoir envie d’être bénévole. 

« En plein milieu de l’hiver, rester dehors pendant des heures, il faut vraiment le vouloir. Alors les gens sont là, ils nous soutiennent et nous sommes là pour que ça fonctionne. La direction le sait aussi. Le personnel, la direction et le conseil d’administration, ils ne vous regardent jamais de haut. »

| La ligne directrice du bénévole

Membre de la Nation Ojibwe, la première communauté qu’a connue Marcel French est celle de la Roseau River First Nation. Pour lui, le bénévolat fait partie de son éducation, il donne quelques conseils qui font, selon lui, un bon bénévole. 

« L’ouverture d’esprit, un certain dévouement, il faut aussi être ferme parce que l’on parle au public, on est le visage que le public voit, car on est en première ligne. 

« Il faut aussi être engagé et surtout avoir l’envie d’être bénévole. C’est la ligne directrice. Si une personne fait ça sans avoir ce profond désir, tout le reste n’a aucune importance. »

Comme d’autres, Marcel French a souffert de la pandémie de COVID-19. Il y avait moins de demandes et lui qui est régulièrement appelé pour aider dans beaucoup d’évènements, a dû prendre une pause forcée. Revenir en présentiel au Festival du Voyageur était vraiment important. 

« Oui, j’étais très excité de revenir physiquement en février. Pour être honnête, c’était presque étrange de revenir après deux ans. Le premier jour ou les deux premiers jours étaient bizarres. On avait l’impression de vivre quelque chose de nouveau. C’était comme un réveil pour beaucoup d’entre nous. Et je parle de bénévoles qui sont pourtant là depuis des années. 

« Malheureusement, à cause de la COVID, nous avons perdu certains bénévoles. Nous avons alors vécu des moments amers quand nous nous sommes assis. On on se disait : Il ou elle ne reviendra plus. Nous avons pris le temps d’y réfléchir et nous nous sommes dit que nous étions très privilégiés d’être bénévoles dans ce festival, car, comme beaucoup de choses dans la vie, rien ne garantit qu’on sera encore là demain. Donc quand vous pensez comme ça, vous appréciez chaque moment passé. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici