Danica Bazin. (photo : Gracieuseté)

Danica Bazin est une athlète franco-manitobaine de saut à la perche. Elle a fait face à certains défis comme de multiples athlètes, mais s’en est remis et compte continuer à pratiquer son sport. Elle obtiendra son diplôme de sciences infirmières en 2023 auprès de l’Université de Saint-Boniface. 

Par Raphaël BOUTROY

L’un des défis récents de Danica Bazin a été les Jeux d’été du Canada. Malheureusement pour elle, notamment à cause de soucis physiques, l’athlète manitobaine n’a pas pu performer autant qu’elle le souhaitait. « Je n’ai pas eu les résultats que je voulais. Je n’ai pas pu intégrer le classement final et compétitionner pour une médaille. J’ai sauté quand même, mais je n’ai pas passé la barre, je n’ai donc pas eu de hauteur enregistrée. » 

Malgré cette déception, l’étudiante était très heureuse d’avoir représenté le Manitoba et de participer à ces Jeux. « C’était vraiment une belle expérience et déjà très bien d’être présente dans une compétition avec un niveau si élevé. C’était super de rencontrer d’autres personnes de d’autres Provinces qui font le même sport que moi. On a pu partager tout ce qu’on a en commun. J’ai aussi découvert d’autres sports et d’autres sportifs que je ne connaissais pas. C’était vraiment bien de passer du temps avec toutes ces personnes. » 

Si l’on remonte plus loin dans la vie de Danica Bazin, on comprend à quel point ce sport est important pour elle. Et au-delà du saut à la perche, l’étudiante en sciences infirmières à l’USB et diplômée de la Division scolaire franco-manitobaine est une athlète complète. 

Danica Bazin, en pleine action. (photo : Gracieuseté)

| Très sportive 

« À cinq ans, j’ai commencé à faire de la gymnastique et j’ai continué à en faire pendant un certain bout de temps, mais en fin de compte j’ai arrêté. En revanche, en 2015 l’entraîneur d’athlétisme à mon école m’avait suggéré de faire du saut à la perche, en tant qu’ancienne athlète de gymnastique, j’étais bonne candidate puisque je savais comme bouger avec mon corps dans les airs ou même quand je suis à l’envers. » 

Danica Bazin avait déjà participé à quelques disciplines de l’athlétisme, mais c’est dans le saut à la perche qu’elle a trouvé son compte. « J’ai fait beaucoup de sprints différents, des haies et même du saut en longueur. Cependant, c’est dans le saut à la perche que j’ai eu le plus de réussites. » 

Aux compétitions provinciales d’athlétisme les plus récentes, Danica Bazin a remporté la première place. 

L’entraînement qu’elle suit est exigeant : « On a seulement deux mois de pause pendant l’année, en septembre après la saison de compétition extérieure et en avril après la saison de compétition intérieure. » 

Au cours d’une semaine, Danica ne prend qu’une journée de repos : « le lundi, on fait des sprints, et de la musculation. Le mardi, jeudi et samedi, on fait de la technique et des sauts. Le mercredi, on fait de la course à pied et des pointes de vitesse, le vendredi on fait de la musculation. » 

| Un entraîneur essentiel 

Le Manitoba n’abrite pas un grand nombre de compétiteurs dans le sport, mais Danica Bazin n’y voit pas forcément un désavantage. « On a de très bons entraîneurs, notamment Scott Dressler, de l’Université du Manitoba. Il m’entraîne depuis longtemps. En plus, puisqu’on est un petit groupe, notre entraîneur peut passer beaucoup de temps avec chaque individu pour aider à perfectionner leur technique. » 

L’importance d’avoir des entraîneurs qui connaissent bien leurs athlètes est d’autant plus grande pour Danica Bazin. « Je me suis blessée il y a trois ans et j’ai dû me faire opérer à l’épaule. Je ne pensais pas que j’allais me remettre suffisamment bien pour faire une activité comme le saut à la perche qui est très exigeant pour les bras et les épaules. Mais en travaillant avec mon entraîneur et des médecins, j’ai pu me remettre assez pour pouvoir me relancer dans le sport et même obtenir de meilleurs résultats qu’avant mon opération. » 

Ce sport est très important pour elle, même après sa blessure elle était certaine de vouloir réessayer. « C’est un sport qui me passionne, j’aime ce type entraînement et j’aime les autres personnes qui sont impliquées dans le sport. Ce type de sport est vraiment prenant, on veut toujours améliorer son saut, même d’un centimètre, si l’on réussit il n’y a rien de plus satisfaisant. Faire une compétition contre moi-même contre mon dernier saut est une chose qui me plaît beaucoup. » 

Les règles du saut à la perche 

Une compétition de saut à la perche consiste en trois sauts à une hauteur fixée au préalable. Si l’individu réussit le saut, il avance. Pour réussir un saut, l’athlète doit sauter au-dessus d’une barre sans la faire tomber. Après la première hauteur, la barre continue à augmenter jusqu’à ce que tout le monde sauf une personne soit éliminé. 

Aux championnats nationaux, Danica Bazin, une athlète de saut à la perche pour l’équipe provinciale du Manitoba a commencé ses sauts à 3 mètres. L’athlète qui a remporté les nationaux a réussi un saut de 3,2 mètres. À long terme, l’objectif de Danica Bazin est de réussir un saut entre 3,5 mètres à 3,6 mètres. 

Jeux d’été du Canada : le Manitoba finit 6e 

C’est à Niagara en Ontario que se sont terminés le 21 août les 28e Jeux d’été du Canada. Parmi les 13 Provinces et Territoires, le Manitoba finit la compétition au 6e rang au classement des médailles. Dans le détail, les athlètes manitobains ont remporté 37 médailles : 10 en or, 10 en argent et 17 en bronze. L’Ontario, avec 198 médailles, termine en tête du classement devant le Québec (142 médailles) et l’Alberta (111 médailles). 

Le Manitoba, avec 37 médailles, fait un peu moins bien que lors de la dernière édition de 2017. Les sportifs manitobains avaient remporté à l’époque 42 médailles. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici