Liane Roy. (photo : Courtoisie)

FRANCOPRESSE – La Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada joint un groupe d’associations au sein de l’Organisation internationale de la Francophonie. Une stratégie d’internationalisation «qui ouvre des portes» pour les communautés francophones, selon la présidente de l’organisme.

Andréanne Joly – Francopresse

« C’est un incontournable », croit la présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Liane Roy. « On fait partie de la délégation canadienne aux différents sommets de la Francophonie depuis plusieurs années. Pour nous, c’était une suite logique de faire partie de cette table-là. »

Cette table-là, c’est la Conférence des organisations internationales non gouvernementales de la Francophonie (COING), que Liane Roy décrit comme un espace de solidarité francophone mondial et qui compte 130 joueurs.

« La FCFA en avait fait partie », précise sa présidente. Récemment, le promoteur de la COING, l’Organisation internationale de la Francophonie, a entrepris son renouvèlement et a, par le fait même, lancé un appel à la participation.

« On a sauté sur l’occasion », poursuit l’Acadienne qui y voit une bonne avenue de diplomatie culturelle avec la francophonie mondiale pour la FCFA, qui compte amorcer une stratégie d’internationalisation de la francophonie canadienne. « C’est une porte d’entrée de notre action dans ce sens-là. »

+++

« C’est toujours important de démontrer que la francophonie [canadienne en situation minoritaire] est solide, et qu’on se rattache à une francophonie encore plus grande. » – Liane Roy

+++

La Conférence pourrait ainsi ouvrir de nouvelles portes, en particulier si elle met de l’avant des sous-comités, comme elle faisait dans le passé. Ce contact plus étroit avec d’autres associations à l’international « peut répondre à des besoins internes », fait valoir Liane Roy, citant l’occasion les possibilités de rayonnement culturel, d’échanges économiques « et de l’immigration francophone, qui est un gros morceau pour nous ».

Rappelons que la FCFA se veut le leadeur du dossier de l’immigration francophone au sein des collectivités qu’elle représente.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici