(photo : envato elements)

Maggie Macintosh – journaliste de l’Initiative de journalisme local – Winnipeg Free Press

Cette année, plus de personnes que jamais depuis au moins 25 ans ont participé à la compétition pour obtenir un siège au plus grand conseil scolaire du Manitoba.

Trente-cinq candidats apparaîtront sur les bulletins de vote de toute la division scolaire de Winnipeg le 26 octobre. Lors de la dernière élection, en 2018, seulement 18 personnes se sont inscrites et un tiers des conseillers scolaires de la division scolaire de Winnipeg ont obtenu une place par défaut, car ils n’étaient pas contestés.

Cette fois-ci, aucun des neuf sièges en jeu n’a été élu par acclamation. Dans le quartier 5, neuf candidats sont en lice pour un seul poste.

« Certains des plaidoyers les plus organisés et les plus passionnés en opposition au projet de loi 64 sont venus de plusieurs de ces communautés de la division scolaire de Winnipeg, ce n’est donc pas surprenant », a déclaré Alan Campbell, président de la Manitoba School Boards Association. « C’est formidable à voir ».

M. Campbell a déclaré que certains citoyens ont révélé que la COVID-19 et les plans de la province, aujourd’hui abandonnés, visant à abolir les conseils scolaires ont mis en lumière le rôle du syndic comme moyen efficace d’être « une voix forte pour sa communauté » et les ont encouragés à organiser des campagnes.

En même temps, le conseiller de longue date a dit qu’il a entendu que le vitriol auquel les élus ont fait face tout au long du mandat actuel – lié aux politiques de santé publique, entre autres – en a découragé d’autres.

Le gouvernement Pallister a présenté la Loi sur la modernisation de l’éducation comme un moyen de rationaliser les services et de réaliser des économies en éliminant les conseillères et conseillers scolaires et en remplaçant les conseils élus par un comité nommé par le gouvernement. Les promoteurs ont justifié ce plan, qui a été abandonné il y a un an en raison d’un tollé général, en invoquant le nombre important de conseillers scolaires élus par acclamation.

Neuf sièges sur trois conseils d’administration dans la région métropolitaine, qui comprend Louis Riel, Pembina Trails, River East Transcona, Seven Oaks, St. James-Assiniboia et Winnipeg, ont été élus par acclamation en 2018.

Cette année, seuls quatre candidats, qui proviennent de deux divisions, ont automatiquement obtenu leur place – les conseillères sortantes Colleen Carswell (RETSD) et Pamela Kolochuk (LRSD), ainsi que deux nouveaux leaders : Sheri Irwin (RETSD) et Chipalo Simunyola (LRSD).

Chipalo Simunyola, un père de quatre enfants de Sage Creek, a déclaré qu’il était soulagé d’apprendre qu’il y aurait moins de pression sur lui et sa famille dans les semaines à venir.

Après avoir envisagé pendant des années de devenir administrateur, il a décidé de se présenter dans le but de mettre ses compétences en gestion de projet et en leadership au service de sa communauté. M. Simunyola a déclaré qu’il ne perd pas de vue que le projet de loi 64 aurait pu mettre fin à cette possibilité.

« Notre système scolaire, au cours des deux dernières années, a connu tellement de changements… et je pense que beaucoup de gens y ont prêté attention », a déclaré le nouveau conseiller scolaire.

Selon Cameron Hauseman, professeur adjoint en administration de l’éducation à l’Université du Manitoba, la diminution du nombre d’acclamations suggère que le système fonctionne comme prévu.

« Le fait d’avoir une liste de candidats aussi étoffée suggère que de nombreuses personnes se préoccupent véritablement de la communauté et de l’éducation publique, de manière plus générale », a déclaré le chercheur, qui s’intéresse à la direction et à la gouvernance des écoles.

Selon M. Hauseman, le fait d’engager des candidats qui ont quelque chose à dire peut dynamiser les électeurs et les encourager à se rendre aux urnes. Tout en notant que les élections des conseillers scolaires sont souvent « négligées », il a déclaré que l’espoir est qu’un large éventail de candidats diversifiés augmentera la participation des électeurs cette année.

Le taux de participation a été de 42 %, 216 003 résidents ayant voté lors des élections municipales et scolaires de 2018 à Winnipeg.

La Division scolaire franco-manitobaine devait publier le 21 septembre sa liste de conseillers scolaires (commissionnaires) potentiels.

Trois personnes se sont inscrites et ont été acceptées dans le quartier de la Division scolaire de la rivière Seine qui englobe St. Norbert.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici