De gauche à droite : Daniel Boucher, Joanne Lewandoski, Maxine Robert et Daniel Lussier lors de la remise d’un chèque de 100 000 $ au Congrès ukrainien canadien. (photo : Marta Guerrero)

La collecte de fonds Solidarité Ukraine, mise en place par la Société de la francophonie manitobaine (SFM) en partenariat avec Réseau Compassion Network et Francofonds, a réussi à récolter 100 000 $ pour le Congrès ukrainien canadien. 

Par Ophélie DOIREAU

Initiative de journalisme local – Réseau.Presse – La Liberté

Quelque 150 personnes étaient réunies dans le sous-sol de la Cathédrale le 27 septembre dernier pour la remise d’un chèque de 100 000 $ au Congrès ukrainien canadien.

En effet, le 19 avril dernier, la SFM, en partenariat avec Réseau Compassion Network et Francofonds, avait décidé sous l’impulsion de Raymond Hébert, Léo Robert et Raymond Lafond d’entamer une collecte de fonds pour les Ukrainiens qui fuient la guerre et qui arrivent au Manitoba. 

Cinq mois plus tard, l’objectif est atteint. Réseau Compassion Network avait donné le ton en faisant un premier don de 25 000 $ et en annonçant jumeler au même montant chaque don fait par la communauté.

Lors de cette remise de chèque, Joanne Lewandoski, la présidente de la section manitobaine du Congrès ukrainien canadien, était présente et a prononcé un discours touchant. « Nous entrons dans le huitième mois de guerre. Nous avons vu des scènes dévastatrices et tragiques. N’oublions pas que la guerre n’est pas finie. » 

« Ce qui se passe aujourd’hui en Ukraine n’est pas une guerre – c’est un terrorisme parrainé par la Russie, qui a provoqué le plus grand déplacement de population, tant au niveau national qu’international, depuis la Seconde Guerre mondiale. 

« Pourtant, il y a du bon dans le monde. De nombreux pays, entreprises, organisations à but non lucratif et particuliers ont réagi et font tout leur possible pour aider l’Ukraine. 

| Une aide manitobaine 

« Notre propre province, le Manitoba, a maintenant accueilli plus de 5 000 Ukrainiens. Nous sommes vraiment reconnaissants de tout ce que les Manitobains font pour nous aider à fournir de l’aide aux femmes, aux enfants et aux familles déplacées par la guerre en Ukraine et qui cherchent un refuge sûr. Les Manitobains démontrent vraiment que l’Ukraine n’est pas seule et que la décence et la bonté humaine n’ont pas de frontières. » 

Daniel Boucher, directeur général de la SFM, a souligné la proximité qui liait les Ukrainiens et les francophones du Manitoba. « Lors de la crise linguistique dans les années 1980, la communauté ukrainienne a été présente. Elle nous a appuyés dans notre combat à bien des égards. 

« On sentait dans notre communauté cette volonté, et même ce besoin, d’agir pour, à notre tour, les soutenir. Nous savons que la communauté est très généreuse. L’argent va permettre d’appuyer des familles qui viennent s’installer au Manitoba. » 

| La communauté solidaire 

Maxine Robert, vice-présidente de Francofonds, a elle aussi souligné le besoin de venir en aide aux familles ukrainiennes. « Nous avons montré la solidarité de la communauté francophone du Manitoba. Réseau Compassion Network a pu faire un don de 25 000 $ qui a permis au fonds de démarrer. Plus de 125 membres de la communauté ont montré leur générosité. 

« Grâce à cette générosité, les familles ukrainiennes venues au Manitoba pourront trouver un peu de répit et s’installer dans de meilleures conditions. » 

Daniel Lussier, directeur général du Réseau Compassion Network, espère que ce mouvement pourra encourager d’autres actions du même genre. 

| Acteurs de compassion 

« Par sa contribution, Réseau Compassion Network espère avoir inspiré et encouragé d’autres personnes à être des acteurs de compassion, dans un monde qui en a grand besoin. Ensemble, nous pouvons faire notre part pour mettre en place des solutions afin de soutenir les personnes là où les besoins sont les plus grands. » 

Le Canada a accueilli près 82 000 familles et plus de 5 700 ont posé les pieds au Manitoba. Lors de cette soirée de remise de chèque, La Liberté a présenté son premier documentaire REFUGE produit par Pop Prod Refuge Inc. L’équipe a suivi pendant cinq mois Zlata, Mariana et Anhelina Lavryk qui ont fui la guerre et qui ont été accueillies par Marc Marion et sa femme Tanya Rodionova. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici