Lynne Robert et Monique Robert ont organisé une activité pour que des aînés et des jeunes de Sainte-Agathe puissent échanger autour de photos, d’objets et de sucrerie. (photo : Marta Guerrero)

La succursale de Sainte-Agathe de la bibliothèque de Ritchot s’est transformée le 20 octobre dernier pour accueillir des aînés et des jeunes autour d’une activité. Échanges, rires et découvertes étaient au programme.

Par Ophélie DOIREAU

Initiative de journalisme local – Réseau.Presse – La Liberté

Lynne Robert, coordonnatrice au centre de santé de Sainte-Agathe, avait la volonté depuis plusieurs années de rassembler dans une même pièce des aînés et des jeunes. C’est chose faite.

« J’avais des photos en noir et blanc qui ont été données au centre de santé de Sainte- Agathe, quelqu’un a voulu les mettre à la poubelle. Mais moi, je pensais qu’on pouvait faire quelque chose autour de cette pile de photos. Il faut dire que j’adore les antiquités! »

Un point que ne peut pas contredire Monique Robert, bibliotechnicienne à la bibliothèque de Ritchot pour la succursale de Sainte-Agathe : « C’est ma belle-soeur! Alors je la connais bien. On a pris un temps, on s’est assises et on a regardé les photos. On s’est dit que plusieurs jeunes ne devaient pas connaître certains aspects de la vie des aînés, par exemple : la manière dont était faite la moisson. Alors pourquoi ne pas mettre ensemble ces deux générations pour que les aînés content leur histoire aux jeunes? »

En plus des photos, Lynne Robert a pu apporter certaines de ses antiquités qu’elle affectionne particulièrement. Grâce à la garderie de Sainte- Agathe, Lynne Robert et Monique Robert ont pu entrer en contact avec des jeunes intéressés par l’activité. Tout était alors prêt pour accueillir une dizaine de participants. Monique Robert poursuit : « À partir des photos, on a fait une liste de mots qui devaient être utilisés dans une histoire. On s’est placé en 1941 à Pointe à Grouette et on a conté une histoire. C’était un bon moyen pour les jeunes de découvrir le passé des aînés. »

Lors de cette activité, des jeunes ont pu échanger avec des aînés autour de photos, d’objets et de sucreries. (photo : Gracieuseté Lynne Robert)

| Histoire personnelle

Lynne Robert ajoute : « Il y avait un vrai partage entre les deux générations. Sainte- Agathe a beaucoup changé de visage, on voit de plus en plus de jeunes familles. Alors c’était beau de voir un lien se créer entre les aînés et les jeunes. Des aînés ont pu mettre l’accent sur leur histoire personnelle.

« On a servi un goûter également. Monique a cuisiné des tartes au sucre, certains jeunes n’avaient jamais mangé de tartes au sucre. Des jeunes sont partis avec des boîtes de maïs soufflé rose qu’on avait à l’époque, on espérait que cette boîte à la maison pourrait ouvrir des discussions entre les enfants et leurs parents. »

D’ailleurs, elles aimeraient par la suite voir des activités similaires plus régulièrement dans la programmation du centre de santé ou de la bibliothèque.

« On aimerait faire quelque chose de semblable dans l’avenir. C’est un projet que j’aimerais présenter à la Fédération des aînés de la francophonie manitobaine. C’est un projet qui pourrait s’exporter dans plusieurs communautés au Manitoba. »

Monique Robert : « À la bibliothèque municipale, je cherche toujours des activités sauf que certaines activités se déroulent le soir et les aînés ne peuvent pas toujours venir. Alors faire des activités en journée comme telle permet aux aînés de mieux connaître la bibliothèque. »

Rita Robert, une aînée de Sainte-Agathe a pu prendre part à cette activité. « C’est ma curiosité qui m’a amené à participer à cette activité. On ne nous avait pas dit ce qu’on allait faire avec les jeunes.

« C’était une très belle journée, les jeunes posaient plein de questions. C’était génial. Ils étaient vraiment intéressés de découvrir nos histoires. La jeune, qui était avec moi, venait d’Aubigny et moi, je viens d’Aubigny également. C’était vraiment bien de pouvoir échanger avec elle! On a créé tout un monde autour des photos et des objets. C’était fantastique. »

Talia Sami, âgée de huit ans, a eu le plaisir de pouvoir participer à cette activité. « J’ai vraiment aimé ça! On a parlé des choses qui couvraient les yeux des chevaux parce que sinon ils n’allaient pas dans la bonne direction. J’ai appris beaucoup de choses.

« J’aimerais beaucoup recommencer une activité comme ça. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici