Michelle Lagassé est la régisseusse générale pour la pièce de théâtre Antigone. (photo : Marta Guerrero)

Les planches du Théâtre Cercle Molière ont accueilli depuis le 17 novembre, la pièce musicale Antigone. Mise en scène par deux compagnies théâtrales : Sick and Twisted et AA Battery, cette pièce de théâtre se veut une ouverture pour davantage d’inclusion sociale dans le théâtre.

Par Ophélie DOIREAU

Sick and Twisted est une compagnie théâtrale qui travaille depuis plusieurs années avec des comédiens vivant avec un handicap physique ou mental. C’est tout naturellement qu’elle s’est associée à AA Battery et au Théâtre Cercle Molière pour les valeurs d’inclusion que ces deux compagnies théâtrales représentent.

Antigone a été choisi par Sick and Twisted pour sa réflexion sur le courage. Michelle Lagassé, régisseusse générale pour cette pièce, pointe sa singularité. « C’est une tragédie grecque qui est mise en scène avec plein de moyens de communication : la musique et la danse. C’est un texte ancien qu’on a voulu inscrire dans un temps moderne. Mais surtout on le fait pour toutes les personnes qui communiquent de manières différentes. »

En effet, cette pièce est présentée en français, en langue des signes américaine, en audio description et en anglais. Un point qui était non négociable pour Michelle Lagassé. « Quand on ne fait pas ce genre d’initiative, on exclut une partie de la population du théâtre. C’est le temps pour que tout le monde puisse se rendre au théâtre sans avoir à se poser des questions. Si on veut devenir une société inclusive, il faut penser à ces différents aspects partout. »

Outre l’offrir pour toute personne de la société, la troupe de comédiens est aussi composée de personnes ayant des handicaps physiques et mentaux. Michelle Lagassé explique le processus artistique. « Il y a deux personnes qui sont sourdes et une personne est aveugle. On a des interprètes qui sont avec nous pour toutes les répétitions pour faciliter la communication.

« C’était très intéressant de réfléchir au processus créatif puisqu’il est complètement différent. À force de répétition, la personne qui prête sa voix au comédien a commencé à apprendre la langue des signes américaine. Ce qui prouve que tout le monde pourrait apprendre la langue des signes américaine pour communiquer. »

Andrea Del Campo est comédienne pour la pièce de théâtre Antigone. (photo : Marta Guerrero)

L’un des comédiens sourds est Christopher De Guzman, il joue le rôle du garde. Andrea del Campo prête sa voix à ce rôle. Une réalisation qui demande aux comédiens d’être en parfait accord. Andrea del Campo explique : « C’est la deuxième fois que je travaille avec Sick and Twisted, j’apprends à chaque fois. Quand on travaille avec des comédiens sourds, on a besoin de faire une traduction avec la langue des signes américaine qui prend du temps.

« J’ai fait beaucoup de répétitions avec Christopher pour qu’on arrive à être synchronisés lors de la représentation. Il faut du temps, j’ai appris quelques-uns des signes pour les répéter sur scène pour être certaine qu’on se trouve au même endroit, au même moment.

« Comme pour chaque rôle, c’est de la préparation. Par exemple, je joue le rôle d’Ismene qui est la soeur d’Antigone. Je n’ai pas de soeur alors je m’imagine les interactions que deux soeurs peuvent avoir, je regarde mes amis. »

Un travail dont la comédienne retire beaucoup de bénéfices, comme elle l’ex-prime. « Quand on travaille avec les personnes qui ont des vies et des perspectives différentes, cette alliance rend l’art beaucoup plus intéressant. Avec les personnes qui ont le même vécu, l’art ne va pas forcément évoluer.

« Travailler avec des personnes qui ont des habiletés différentes permet aussi de revoir nos processus de mise en scène, de réflexion et tout ce qui entoure la pièce de théâtre.

« J’aimerais vraiment voir plus de pièces de théâtre qui se font en audio description, en langue des signes. Lorsqu’on met en scène une pièce de théâtre et qu’on ne pense pas à cet aspect, on exclut ouvertement une partie de la population. C’est horrible. C’est certain que ça demande plus de temps et d’argent, mais la vraie question c’est quelle société on souhaite? »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici