Par Mamadou KA

Le gouvernement du Manitoba, depuis quelques années, développe un certain nombre de politiques et de stratégies pour inciter les immigrants à venir s’installer dans cette belle province des prairies canadiennes. La communauté francophone du Manitoba ne vit pas en marge de tous ces développements en matière d’immigration.

En effet, depuis le début des années 2000, l’immigration fut l’une des stratégies identifées par la Société franco-manitobaine pour agrandir l’espace francophone de la province. Celle-ci, dominée par les Européens jusqu’au début des années 1990, s’est enrichie dernièrement par l’immigration de populations francophones venues de presque partout au monde : de l’Afrique, des Caraïbes, de l’Asie et de certains pays de l’Océan indien. Cette nouvelle vague d’immigrants, considérée comme une opportunité pour la communauté et pour les nouveaux arrivants eux-mêmes, est dominée par les Africains. En effet, selon certaines recherches, 75 %  de nouveaux arrivants dans les communautés francophones du Manitoba sont originaires d’Afrique noire contrairement aux années 1990, où seulement 16 % étaient Africains contre 60 % Européens.

Cette situation fait, non seulement, appel à des stratégies pour faciliter l’inclusion et l’intégration socioprofessionnelle, économique et politique des nouveaux arrivants dans la communauté mais aussi, à la participation de tous les organismes et institutions  communautaires. Pourquoi  cette chronique? De prime abord, cette dernière pourrait représenter la contribution du Journal La Liberté à ce processus d’intégration si essentiel à la cohabitation harmonieuse de peuples appartenant à des cultures différentes. Il faudrait, par conséquent, tirer son chapeau à La Liberté pour cette initiative qui pourrait, à la limite, être qualifiée d’humanitaire car elle permettra aux Africains vivant dans les communautés francophones en situation minoritaire des Prairies de garder contact avec la mère patrie, si loin, pourtant, si proche de leurs cœurs,  et ce,  à partir de Saint-Boniface.

Pourquoi cette chronique? Celle-ci permettra de Voir l’Afrique autrement.  Il faut préciser, d’emblée, qu’il ne s’agit, non pas de faire fi dans nos chroniques de cette Afrique harcelée, harassée par son endettement, minée par la corruption de quelques dirigeants, ensanglantée par plusieurs guerres et constamment endeuillée par le sida qui menace l’avenir de sa jeunesse car ces éléments font partie de la réalité africaine. Il ne s’agira, non plus, de tronquer la réalité, mais, tout simplement, de la rendre plus complète et plus représentative de ce qui se passe  de nos jours dans ce continent et surtout de faire de la place  à une vision optimiste du développement  économique et social de notre continent.

Il faut dire en effet que, depuis l’avènement des indépendances, l’Afrique a toujours été vue et présentée à partir de quatre tares constituant  les principaux  maux  du continent : l’absence de démocratie, les guerres, la pauvreté et les famines, peut-être plus. Mais, tous ces qualificatifs et ces titres utilisés  pour mettre en exergue  le concept de l’afro pessimisme : l’Afrique est mal partie; l’Afrique désenchantée; l’Afrique étranglée; l’Afrique : continent maudit et j’en passe, devraient, plutôt, faire de la place à un portrait plus vrai,  plus global représentant aussi les aspects socioculturels du continent, l’Afrique précoloniale des fiers guerriers, cette joie de vivre des Africains, même dans « la misère », etc.

À mon sens, il est grand temps de jeter un nouveau regard sur ce continent,  un regard plus distancié que d’habitude sur l’actualité internationale africaine pour mieux cerner les réalités d’aujourd’hui. Ce continent, au lendemain des festivités du 50e anniversaire des indépendances, nous apparaît et, selon l’avis de nombreux spécialistes de l’Afrique,  être sur la voie du succès et du développement, du moins, sur le plan économique.

PARTAGER
Article précédentHaïti: reconstruction 101
Article suivantC'est parti !

3 COMMENTAIRES

  1. Je salue cette belle initiative de la Liberte et de ces chroniqueurs. Bienvenue sur le web 2.0. Je salue aussi cette premiere entre de la chronique de Mamadou Ka et pour y faire echo, je vous invite a lire ce billet qui invite a une autre vision de l’Afrique et « invite à « promouvoir une Afrique confiante, en paix et indépendante, à la fois consciente des maux qui l’accablent, mais également de son inconmensurable valeur. » »:
    http://nomadeglobal.blogspot.com/2010/09/la-cle-une-attitude-positive-des.html

  2. Tres bonne initiative Mr Ka!
    Je suis tres content de voir une chronique qui discute positivement de l’Afrique. Je suis a l’ecoute et je vais suivre tres attentivement tes chroniques.

  3. Mes encouragements Monsieur Ka. L’initiative de reserver une chronique dans le journal la liberte, sur la problematique de developpement, les enjeux sociaux et politiques en Afrique ne peut etre que benefique pour faire connaitre ce continent aux lecteurs de la liberte. Cette initiative est la bienvenue et va de surcroit renforecer les liens entre la communaute africaine et la communaute d’ accueil Francophone au Manitoba. Pour revenir sur le theme, je suis de ceux qui sont optimiste quant au developpement de l’Afrique. Malgre les difficultes reliees aux guerres, a certains maladie pandemiques, a la democratisation politique et la mal gouvernance, l’Afrique recele un potentiel demographique caracterisee par une population jeune et des ressouces naturelles qui feront de ce continent un marche potentiel pour tout investisseur. L’Afrique est un champs fertile, la chine avec son pragmatisme economique et son sens des affaires l’a bien compris. Un jour en parlant de mondialisation lors d’une conversation a baton rompu, un vieux sage africain disait, je cite: apres l’Europe, l’Amerique, l’Asie, la boucle du developpement va atteindre l’Afrique. La Chine, le Bresil, l’Inde avec une forte croissance ont bien compris que l’Afrique sera le partenaire strategique pour les prochaines annees. Nous esperons que les entreprises canadiennes vont tres vite se posiotionner pour ne pas rater ce nouveau marche africain qui est tres prometteux. A l’image des missions economiques en Chine, Je souhaite voire un jour le gouvernement canadien organiser une mission economique en Afrique. Je suis persuade que cela va ouvrir des perspectives de croissances interessantes pour la balance commerciale du canada.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici