Marc Philippot, avec Mocha, un de ses patients de la Clinique vétérinaire de Saint-Claude. Photo : Gracieuseté Marc Philippot.

Beaucoup de questions surgissent avec la légalisation de la marijuana. Policiers, médecins, parents, enseignants et entrepreneurs ont avancé leurs attentes et préoccupations. Voici celles d’un vétérinaire.

Par Daniel BAHUAUD

Vétérinaire depuis 2001, Marc Philippot est copropriétaire des cliniques vétérinaires de Saint- Claude, Notre-Dame-de-Lourdes et de Carman. Le résident de Saint-Claude ne cache pas ses inquiétudes par rapport à l’impact potentiel de la légalisation du cannabis sur les animaux de compagnie, en particulier les chiens.

« Lorsque j’étais à l’école vétérinaire, on parlait déjà des effets toxiques du cannabis sur les chiens. Le phénomène était connu. Désorientation, pleurnichage, battements de cœur rapides, tremblements, convulsions, vomissements, incontinence urinaire. Un chien intoxiqué peut devenir insensible, voire même comateux, pour plusieurs jours.

« Au fil des années, j’ai dû soigner quelques chiens atteints. Le danger, c’est qu’il ne faut qu’une petite quantité de marijuana pour déranger un chien. En quantités faibles, un chien peut être aussi gelé qu’un humain qui fume un joint. Une plus grande dose peut gravement affecter le cerveau canin, voire entraîner la mort de l’animal.

« Bien qu’un animal puisse aisément aspirer la fumée de marijuana, dans les cas que j’ai traités il s’agissait d’ingestion accidentelle. Ces chiens avaient mangé un aliment contenant du cannabis. Dans de tels cas, il faut maintenir l’animal à une température stable et vérifier son battement de cœur, qui doit être régulier. Parfois, on peut induire un vomissement. On peut aussi avoir recours à un lavage d’estomac, et à l’administration de charbon activé pour réduire l’absorption de la drogue.

« Heureusement, je n’ai jamais vu un cas où le propriétaire avait drogué son animal pour plaisanter. Reste maintenant à savoir si on va connaître une hausse d’incidents une fois que la marijuana sera légale. »

Cette interrogation est légitime. En effet, la Pet Poison Hotline, un organisme qui offre des conseils et services d’urgence au Canada, aux États-Unis et aux Antilles, rapporte que depuis 2013 les incidents d’animaux intoxiqués ont augmenté de 330 %. Dans 98 % des cas, il s’agissait de chiens.

De son côté, l’Association de médecine vétérinaire du Manitoba rapporte que deux chiens sont morts d’intoxication au cannabis depuis 2005. Ces animaux avaient consommé des pâtisseries contenant du cannabis médical.

Le docteur Marc Philippot note cependant que de telles statistiques peuvent être trompeuses. « Comme il s’agit d’une substance encore illégale, il doit y avoir pas mal d’incidents d’intoxication animale qui ne sont pas traités par les vétérinaires. C’est dommage, parce que les propriétaires mettent leurs animaux de compagnie à risque.»

Et au vétérinaire de rappeler, en guise d’avertissement, que « les chiens ne sont pas les seuls animaux vulnérables ». « La marijuana peut gravement affecter les chats, qui ont une prédilection pour s’intéresser aux plantes en tout genre. Et c’est sans parler de la fumée qui peut causer des bronchites, de l’asthme et des cancers chez plusieurs espèces d’animaux. Comme les oiseaux et les lapins, qui sont encore plus sensibles à la fumée que les canins et les félins. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici